Nouveau comité exécutif chez BDO

09 Octobre 2018 Par Thierry Raizer
BDO Luxembourg
BDO annonce mettre plusieurs thèmes en haut de son agenda, dont la digitalisation, l’optimisation et l’automatisation des process.
(Photo: Maison Moderne / Archives )

Le nouveau managing partner, Daniel Croisé, a pris ses fonctions le 1er octobre dernier avec à ses côtés un nouveau comité exécutif.

Comme annoncé en août dernier, Daniel Croisé a pris le relais de Marc Thill à la tête de BDO en tant que managing partner. Le cabinet annonce ce mardi par voie de communiqué qu’un comité exécutif vient d’être nommé pour coordonner ses activités à ses côtés.  

L’organe est composé de Gerdy Roose en tant deputy managing partner (Strategy & Clients); Jacques Peffer (Finance & IT partner); Alain Lam, en provenance de la structure HRT intégrée en 2017, est en charge du Business Development & Marketing, et Daniel Hilbert des ressources humaines en tant que people partner.

Précision: Joseph Hobscheid devient head of audit et Erwan Loquet head of tax, précise encore BDO. Il ne sont toutefois pas membres du comité exécutif.

Gerdy Roose (Photo: BDO)Jacques Peffer (Photo: BDO)Alain Lam (Photo: BDO)Daniel Hilbert (Photo: BDO)Daniel Croisé (Photo: BDO)

La firme ajoute dans son communiqué vouloir «accélérer son développement. L’équipe dirigeante travaille à cet effet sur un projet d’adaptation de son organisation interne et de son mode de fonctionnement. Elle réfléchit aussi à une adaptation de sa gamme de services.» 

La digitalisation, l’optimisation, l’automatisation des process ou encore le «knowledge management» sont annoncés à l’agenda de la firme qui emploie plus de 500 collaborateurs et 25 associés. Elle se situe en cinquième position des cabinets d’audit et de conseil, en première ligne derrière les Big Four.

La rédaction a choisi pour vous

Alain Kinsch: «C’est le meilleur exercice depuis six ans.»

02 Octobre 2018

EY annonce une croissance de 11% pour son exercice 2017-2018. Le premier des Big Four à avoir publié ses résultats considère l’économie luxembourgeoise comme une vague porteuse, mais se réjouit aussi des nouveaux contrats signés dans l’audit.