MAS International tombe dans l’escarcelle d’Ocorian

28 Juillet 2017 Par Paperjam.lu
Olivier Dorier et Axel Motte
Olivier Dorier et Axel Motte sont partners chez MAS Luxembourg.
(Photo: MAS Luxembourg)

La firme spécialisée dans la gestion de fonds, présente notamment au Grand-Duché, annonce son acquisition par l’ancien Bedell Trust, spécialisé notamment dans l’immobilier ou la gestion de clients privés.

D’ici la fin 2017, les activités réalisées par MAS International au Luxembourg, sur l’île Maurice et aux États-Unis, seront menées par Ocorian, suite au rachat de la structure. Seules les deux entités françaises du gestionnaire de fonds échappent à ce rachat et fonctionneront «de manière indépendante», selon le communiqué officiel.

Destiné à «élargir la présence internationale et les capacités de services d’Ocorian», ce rachat se traduira par le transfert de «tout le personnel de MAS». Pour Stewart Kam-Cheong, partner de MAS International, cette acquisition va permettre d’«accélérer le développement de nos activités de gestion de fonds et de services aux entreprises, tout en élargissant notre portée et celle de nos clients».

Ocorian, nouveau nom depuis 2016 de Bedell Trust, propose essentiellement des services d’administration, de fiducie et de comptabilité externalisée. MAS Luxembourg, pour sa part, est installée à Munsbach depuis 2003 et employait, en 2016, 60 personnes. Aucun détail sur le montant de la transaction n’a été communiqué.

La rédaction a choisi pour vous

54% des gestionnaires d’actifs interviewés prévoient d’embaucher dans les cinq ans à venir dans une nouvelle juridiction.

09 Juillet 2018

Le Grand-Duché restera dans les cinq ans à venir la destination privilégiée des gestionnaires d’actifs qui commercialisent des fonds destinés à l’international, devant l’Irlande et la Grande-Bretagne, selon une étude de State Street publiée en fin de semaine dernière.

Raymond Schadeck

06 Juillet 2018

Réunis en assemblée générale jeudi à la Maison de la microfinance, les actionnaires du fonds Sicav Investing for Development, qui détient les fonds LMDF et FCCF, ont élu Raymond Schadeck à la présidence du conseil d’administration. Il succède à Kenneth Hay, qui n’a pas souhaité briguer un nouveau mandat.