Losch va rappeler 34.218 véhicules

16 Octobre 2015 Par Thierry Raizer
Volkswagen
La marque Volkswagen est la principale concernée avec 18.219 voitures.
(Photo: licence cc )

Le distributeur pour le groupe VW au Luxembourg a fait les comptes et s’apprête à rappeler 34.218 véhicules équipés du logiciel problématique, au cœur du scandale VW.

Importateur des différentes marques du groupe VW au Luxembourg, Losch Import a procédé au décompte des véhicules vendus et en circulation concernés par le logiciel au cœur du scandale. Ce logiciel permet en effet de tromper les tests antipollution.

Le groupe Losch a ainsi identifié 34.218 véhicules concernés, des modèles datant de 2008 à 2015 et équipés uniquement des moteurs diesel type EA 189.

Il s’agit principalement de Volkswagen (18.219 voitures), suivies par des Audi (9.823) des Skoda (3.570) et des Seat (2.606).

Ne présentant aucun problème quant à la sécurité et à la fiabilité, les véhicules seront tout de même rappelés pour rétablir l’anomalie technique. L’opération débutera en janvier prochain et les propriétaires seront contactés personnellement par Losch Import.

Les différentes marques du groupe VW (Audi, Volkswagen, Skoda, Seat) sont bien représentées sur les routes grand-ducales, prisées notamment des sociétés pour leurs flottes de voitures.

Fin septembre, le nouveau patron de VW, Matthias Müller, avait annoncé que 11 millions de voitures seraient rappelées sur le plan mondial.

La rédaction a choisi pour vous

Etienne Schneider

01 Octobre 2015

Les ministres de l’Économie de l’Union européenne se réuniront ce jeudi à Luxembourg pour un Conseil «Compétitivité» placé sous présidence luxembourgeoise et lors duquel – actualité oblige – il sera discuté de l’affaire Volkswagen et des suites qui devront y être données.

Philippe Ledent, senior economist chez ING Belux

15 Juillet 2018

Chaque semaine, Paperjam vous propose un regard de chefs économistes d’institutions bancaires et financières sur l’actualité des marchés et de l’économie. Aujourd’hui, Philippe Ledent, senior economist chez ING Belux, analyse l’économie internationale et les relations qui en découlent.

13 Juillet 2018

34% des dirigeants de la région Benelux préféreraient verser une rançon plutôt que d’investir dans leur sécurité informatique, selon une étude publiée vendredi. Celle-ci montre par ailleurs que la détérioration de l’image de l’entreprise est le principal souci des dirigeants lors d’une cyberattaque.