L’OGBL continue la grève chez ZithaSenior

15 Juin 2018 Par Audrey Somnard
Les grévistes ont entamé jeudi leur grève sur les sites de Luxembourg et Pétange.
Les grévistes ont entamé jeudi leur grève sur les sites de Luxembourg et Pétange.
(Photo: OGBL)

L’OGBL continue la pression sur les maisons de soins du pays. Après Bettembourg, c’est jeudi qu’a démarré une grève au sein des maisons de soins gérées par ZithaSenior, St Jean de la Croix et Pétange.

La semaine dernière, l’OGBL avait fait plier la maison de soins des Parcs du troisième âge à Bertrange en seulement quelques heures, une victoire éclair pour le syndicat qui ne comptait pas s’arrêter en si bon chemin. Alors que le combat continuait du côté de Bettembourg, jeudi c’était au tour des maisons de soins ZithaSenior St Jean de la Croix de Luxembourg, ainsi qu’à Pétange d’embrayer le pas.


Au neuvième jour de grève à Bettembourg, le personnel soignant des deux maisons de soins de Pétange et Luxembourg ont commencé la grève vers 11h30: «Le personnel a voté à 100% pour la grève par référendum», explique Nora Back de l’OGBL Santé. «Les collègues qui avaient commencé leur poste à 7h ont arrêté de travailler avant la relève, qui n’est d’ailleurs pas venue.» Selon le syndicat, ils seraient environ 200 sur les trois sites à faire grève.

Les revendications sont d’ordre salarial, les employés veulent voir leurs salaires revalorisés selon la convention collective signée en juin 2017.

Une entrevue sans issue

La grève est considérée comme illimitée. Alors que les grévistes battaient le pavé jeudi devant les centres de soins, la Copas, représentant des maisons de soins, a eu une entrevue avec le ministre de la Sécurité sociale, Romain Schneider, sans issue pour le moment. Ce dernier devrait trancher quant à une intervention d’ordre politique lors du conseil de gouvernement vendredi matin, afin de trouver une issue au conflit.

«Après de longs échanges avec le ministre et des représentants de différents ministères, la Copas a pu formuler plusieurs propositions qui pourraient résoudre la problématique résultant du différentiel qui existe depuis des années entre les conventions collectives FHL et SAS», indique le patronat dans un communiqué envoyé jeudi à la presse.

Pour rappel, le secteur des aides et de soins est régi par la convention collective SAS et seuls quelque 600 salariés sur plus de 11.000 bénéficient d’avantages extralégaux issus de l’ancienne convention collective FHL. Ni la Copas ni les membres concernés ne sont signataires de la nouvelle convention collective FHL et ne sont dès lors pas dans l’obligation légale d’appliquer cette dernière.

La rédaction a choisi pour vous

OGBL

17 Novembre 2017

L’OGBL va procéder ce samedi à une sensibilisation du grand public – sur la place Guillaume II à Luxembourg – quant aux sept maisons de soins qui ne souhaitent toujours pas mettre en application la nouvelle convention collective de travail de leurs salariés.

Soins

01 Février 2018

Les réseaux de soins et les patients étant confus quant à l’application de la réforme de l’assurance-dépendance, le ministère de la Sécurité sociale tente de clarifier: les personnes en situation de dépendance ont toujours droit à des sorties accompagnées.