L’Europe des start-up en quête de talents

30 Novembre 2017 Par Frédéric Antzorn
webdev
Dans son rapport 2017, Atomico évoque une «bataille royale» pour le recrutement de nouveaux développeurs en Europe.
(Photo: Licence CC)

Dorénavant financièrement solide, le secteur des start-up en Europe cherche aujourd’hui à attirer les meilleurs développeurs, pour lesquels une bataille entre États fait rage, souligne le rapport State of European Tech 2017.

Le fonds d’investissement en capital-risque international Atomico vient de publier son rapport State of European Tech 2017 qui indique tout d’abord que l’avenir des start-up en Europe se construit sur des bases solides avec des investissements qui devraient atteindre 19 milliards de dollars cette année, contre 14,4 milliards de dollars en 2016.

Le rapport ajoute que 2017 devrait être également une année record en matière de tours de table à plus de 50 millions de dollars.

Il devrait y en avoir plus d’une cinquantaine qui auront franchi cette barre d’ici la fin 2017, contre 45 lors de l’année record de 2015. Et ces tours de table ne devraient pas uniquement provenir du Royaume-Uni ou d’Allemagne, comme le plus souvent, mais également des Pays-Bas ou d’Espagne.

Des recrutements à l’est

En même temps que les investissements progressent, le nombre de développeurs professionnels progresse lui aussi. Il y en aurait désormais 5,5 millions en Europe, principalement au Royaume-Uni, bien que le rôle de moteur d’emplois joué dans ce secteur par la Grande-Bretagne soit de plus en plus disputé, notamment par l’Allemagne et la France qui, dans cette bataille d’experts, se tournent désormais vers l’Europe centrale et de l’Est pour recruter, faire travailler des équipes à distance ou ouvrir des bureaux satellites.

En matière de deep tech – qui propose des produits ou des services sur la base d’innovations de rupture –, les investissements européens cette année devraient afficher une hausse de 40% par rapport à 2016.

Cette année, l’Europe s’est également positionnée en tant que leader mondial avec une explosion d’activités en matière de crypto/blockchain. Sur ce point, le rapport relève d’ailleurs qu’«il y a plus de projets de développement de blockchain et plus d’équipes utilisant le nouveau modèle d’Initial Coin Offering (ICO) pour lever des fonds en Europe que n’importe quelle autre région dans le monde».

Autre fait saillant: l’Europe a une approche collaborative unique pour travailler avec les industries traditionnelles, relève le document selon lequel 637 levées de fonds ont impliqué l’an dernier au moins un investisseur corporatif et qu’environ 20% de toutes les levées de fonds en Europe proviennent désormais d’entreprises.

Réglementation opportune

«L’Europe construit un écosystème à sa propre image, alliant technologie et savoir-faire industriel», indique encore le rapport, non seulement dans le secteur de la finance comme déjà observé, mais également dans ceux de la santé, de la logistique et des transports.

Enfin, le rapport pointe encore une réglementation en train d’émerger comme une opportunité donnant un avantage concurrentiel. Il existerait ainsi en Europe un large consensus selon lequel des changements réglementaires visant à encourager le développement de l’intelligence artificielle, de la blockchain ou encore des véhicules autonomes doivent être prioritaires.

Selon le State of European Tech 2017, la plus grande opportunité pourrait se situer autour de la blockchain, avec 1,75 milliard de dollars déjà levés en Europe via les ICO, contre 1,08 milliard aux États-Unis.

La rédaction a choisi pour vous

ZenOnCar

08 Décembre 2017

ZenOnCar, application dédiée au covoiturage au Luxembourg et dans la Grande Région, vient de voir le jour. Entièrement gratuite, elle se veut une réponse parmi d’autres aux problèmes de mobilité, en général, et à la congestion du trafic routier, en particulier.

Nexvia, boulevard Royal

29 Novembre 2017

Drastique essor pour la start-up immobilière Nexvia, qui trouve son nouveau pied-à-terre en plein cœur de Luxembourg. Basée depuis janvier 2016 au Technoport, l’incubateur de start-up situé à Belval, c’est à une adresse prestigieuse, au 4, boulevard Royal, que la jeune société a maintenant ouvert ses portes. Un emplacement premium pour cette jeune pousse.

Klin à Foetz

25 Novembre 2017

Une start-up vient de lancer, depuis le Technoport, un service concurrent aux acteurs en place dans le domaine du pressing. Avec une approche ‘digital first’ et de développement durable.