L’essentiel veut confirmer son offre radio

aujourd'hui Par Thierry Raizer
Jean-Luc Bertrand, L'essentiel Radio
L’animateur Jean-Luc Bertrand a été confirmé dans la grille de rentrée de L’essentiel Radio.
(Photo: Marion Dessard / archives)

Si l’actualité reprend cette semaine pour le vaisseau amiral qu’est le quotidien gratuit, L’essentiel a déjà fait sa rentrée en radio. Objectif: asseoir l’offre musique et news pour toucher 7 à 8% de la population.

À bientôt 10 ans, la marque L’essentiel semble avoir trouvé sa vitesse de croisière en print. 100.000 exemplaires sont tirés pour 130.000 lecteurs, selon les résultats de l’étude TNS Ilres Plurimedia 2017 parue en mars dernier. Le gratuit est ainsi devenu le deuxième quotidien le plus lu du pays, derrière le Wort. 

«Nous ne comptons pas augmenter le tirage, nous avons atteint un certain zénith», déclare Emmanuel Fleig, directeur de L’essentiel. «Le web nous donne aussi satisfaction, nous atteignons régulièrement les 100.000 visiteurs uniques sur une journée, en semaine. Nous pensons qu’il y a là encore un potentiel de croissance.»

Le dernier sondage de TNS Ilres affichait 87.500 visiteurs uniques par jour contre 143.100 pour RTL, leader en digital. Mais le site francophone est parvenu, lors d’actualités exceptionnelles comme les attentats, à rattraper le site en luxembourgeois. L’objectif est-il de talonner RTL à terme? «RTL a une approche de portail, de communauté plus vaste, alors que nous nous positionnons comme un site d’information. Talonner RTL, non, mais continuer à croître, oui», répond Emmanuel Fleig.

L’aide à la presse en ligne sollicitée

Si le quotidien papier ne remplit pas l’un des critères – tirer ses revenus de la vente – pour prétendre au régime de promotion de la presse écrite, une demande d’aide va être introduite pour les sites internet d’information (en français et en allemand), suite au régime transitoire annoncé par le gouvernement pour soutenir le travail d’information de la presse en ligne.

«Le web prend un certain relais en termes de revenus, mais le papier garde son hégémonie», note Emmanuel Fleig. Quant à la santé du marché publicitaire après la première partie de l’année, le directeur de L’essentiel la qualifie de «difficile». «Mais je suis optimiste en pensant que la grosse partie des budgets qui n’ont pas été investis jusqu’ici le sera sur le dernier trimestre.»

Plus de contenus en FM

Outre ses ambitions sur le web, l’équipe de L’essentiel (une soixantaine de personnes) en caresse d’autres en radio, puisque la marque a fait son apparition en février 2016 sur le 107,7 FM. Une deuxième fréquence , le 97,5, lui a été accordée en juillet dernier. Le dossier suit son cours.

«Le fil rouge de la rentrée en radio est plus de contenus, plus de chroniques, avec un accent sur une information plus réactive et plus pertinente», ajoute Emmanuel Fleig. «Un troisième journaliste issu de la rédaction web, Jonathan Vaucher, a rejoint la radio et nous avons intégré la rédaction radio aux rédactions print et web pour gagner en continuité et cohérence.»

Après avoir été créditée de 5,2% de parts de marché et 26.200 auditeurs lors de la dernière vague de sondage qui constituait un premier bilan pour la radio, la direction de L’essentiel espère évidemment progresser et tendre vers les 7, voire 8% à la vague de la rentrée.

«Nous touchons du lundi au vendredi 25% des frontaliers français, d’après notre propre étude», note Emmanuel Fleig. Un signe encourageant pour le directeur de L’essentiel dont la radio vise une population «active et mouvante».

Sur trois ans, 15 à 20% de parts de marché sont escomptés, en fonction du confort d’écoute qu’apportera la nouvelle fréquence de Belvaux. La rentabilité est, quant à elle, visée après 3 ou 4 ans.

La rédaction a choisi pour vous

surveillance électronique

09 Septembre 2017

L’arrêt sur la surveillance des messages électroniques d’un employé par son employeur a fait parler de lui cette semaine sur Paperjam.lu. De même que la circulaire pour clarifier la procédure amiable qui s’offre aux contribuables concernés par une double imposition et l’arrivée du hard-discounter Aldi dans la capitale.