Les résultats de 2011 chamboulés par ceux de 2013

08 Octobre 2017 Par Jean-Michel Hennebert

Alors que les élections communales de 2011 avaient réconforté la coalition DP-Déi Gréng à la tête de Luxembourg-ville, les élections législatives anticipées d’octobre 2013 allaient changer la donne. Puisque les principaux élus de la capitale devenaient ministres…

Avec 13.928 voix recueillies à lui seul lors des élections du 9 octobre 2011, Xavier Bettel (DP), alors chef de fraction des libéraux à la Chambre, a été la personne la mieux élue du pays au cours de ce scrutin communal. Un score qui le propulse, à 38 ans, plus jeune bourgmestre d’une capitale européenne, après avoir obligé Paul Helminger à lui céder un poste qu’il occupait depuis 1999. Sans parler du départ de Lydie Polfer au gouvernement dans une coalition CSV-DP.

Un score qui n’est cependant pas le plus important obtenu par un candidat aux communales dans la capitale. Six ans plus tôt, Paul Helminger avait récolté sur son seul nom 16.181 voix au cours d’un scrutin où le DP avait récolté 35,8% des suffrages. En 2011, Xavier Bettel et le DP récoltaient 33,65% des suffrages dans la capitale, soit l’équivalent de 10 mandats. Un de moins qu’en 2005.

Deux mandats pour Déi Lénk

Confortés à la tête de la capitale, les libéraux avaient fait le choix de renouveler la coalition avec Déi Gréng, mené par le duo François Bausch-Viviane Loschetter. Le premier avait récolté 7.686 voix, la seconde 6.194. Soit des résultats individuels en baisse par rapport aux communales de 2005, où ils avaient obtenu 10.167 et 7.068 suffrages, alors même que le pourcentage de voix obtenu pour Déi Gréng avait connu une tendance inverse, passant de 17,3% à 18,4%.

Avec cinq mandats, le même nombre que Déi Gréng, le CSV ne parvenait pas à faire son entrée au conseil échevinal. Un but poursuivi par les chrétiens-sociaux de la capitale depuis la Seconde Guerre mondiale, sans succès à ce jour. À noter que comme le DP, le CSV perdit lors de ce scrutin de 2011 un mandat, au profit de Déi Lénk, qui faisait son entrée au sein du conseil communal. Le LSAP, pour sa part, recueillait 15,93% des voix, soit quatre mandats. L’ADR, avec 5,02%, obtenait un mandat.

Polfer et Tanson tête de liste

Le duo Bettel-Bausch, à la tête de la capitale, ne dura finalement que deux ans, puisque les élections législatives anticipées d’octobre 2013 amenaient à la mise sur pied de la première coalition tripartite, excluant le CSV de Jean-Claude Juncker du pouvoir. Xavier Bettel transféra alors son bureau du Knuedler à l’Hôtel de Bourgogne, tandis que le premier échevin s’installait au ministère du Développement durable et des Infrastructures.

Le premier fut remplacé par Lydie Polfer, arrivée en troisième position lors des élections de 2011 avec 12.090 voix, mais qui profitait toutefois du retrait de la vie politique de Paul Helminger. Le second le fut par Sam Tanson, quatrième sur la liste Déi Gréng (4.574 voix) en 2011, derrière le duo Bausch-Loschetter et Carlo Back. En 2017, Lydie Polfer et Sam Tanson sont toutes deux tête de liste.

La rédaction a choisi pour vous

Communales 2017

06 Octobre 2017

Les 105 conseils communaux que compte le Grand-Duché seront renouvelés ce dimanche. Par 284.577 électeurs qui devront choisir parmi 3.575 candidats. Mode d’emploi de ce scrutin.

Bettel à Bruxelles

12:05

En date des 14 et 15 décembre 2017, le Premier ministre, ministre d’État, Xavier Bettel, a participé au Conseil européen à Bruxelles.

Les discussions ont porté sur un certain nombre de questions de l’actualité européenne, y compris la défense, les migrations, les questions sociales, l’éducation et la culture. En date du 15 décembre 2017, le Conseil européen a ensuite traité de l’Union économique et monétaire et des négociations relatives au Brexit.