Les partis se divisent sur le cannabis

19 Juin 2018 Par Audrey Somnard
Suite à une pétition qui a remporté un franc succès, la question de la légalisation du cannabis sera débattue prochainement parmi les députés.
Suite à une pétition qui a remporté un franc succès, la question de la légalisation du cannabis sera débattue prochainement parmi les députés.
(Photo: CC)

Une pétition demandant la légalisation du cannabis au Luxembourg, avec l’ouverture de coffee shops, sous le modèle néerlandais, a rencontré un succès fulgurant. La question figurera sur les programmes électoraux, les partis ayant des points de vue divergents.

D’après un sondage TNS Ilres, 56% des résidents luxembourgeois seraient pour une légalisation totale de la consommation de cannabis. La pétition demandant la légalisation du cannabis à usage récréatif a franchi la barre des 4.500 signatures dès le premier jour de sa mise en ligne sur le site de la Chambre des députés. Elle fera donc prochainement l’objet d’un débat à la Chambre.

La question du cannabis divise jusque dans les rangs des partis. Ainsi, la députée et présidente de la commission santé Cécile Hemmen a une ligne personnelle différente du LSAP: «Il ne faut pas faire d’amalgame entre cannabis à usage récréatif et thérapeutique, ils ne doivent pas être mis sur le même niveau. Le rapport sur la loi du cannabis à usage thérapeutique sera finalisé à la fin du mois de juin, tout est sur les rails. Concernant l’usage récréatif, j’en appelle à la prudence, car à mon avis, les effets secondaires ne sont pas encore assez connus sur le long terme.»

Pour autant, le parti socialiste va finaliser une ligne a priori plus libérale sur le sujet lors du congrès du 12 juillet prochain: «Nous avons déjà lancé des consultations parmi les groupes de travail et il semblerait que le parti soit sur une ligne de légalisation, avec vente contrôlée, dans des coffee shops régulés, âge limité, ainsi que la quantité achetée. Ce sera aux membres du parti de trancher le 12 juillet prochain pour que la position du LSAP soit claire dans notre programme électoral.»

Faute de ligne claire du DP

Au sein de la coalition, le DP n’a pas encore tranché. Le député Eugène Berger s’exprime pour le moment en son nom personnel, faute de ligne claire du DP: «À titre personnel, je dirais que cela serait une solution pour ce qui concerne le cannabis thérapeutique, on pourrait donc s’en procurer tout à fait légalement, mais sous prescription de son médecin. Je ne pense pas que cela soit plus dangereux que l’alcool ou les cigarettes, mais l’idée de coffee shops au Luxembourg, le pays étant un gros point de passage... Cela pourrait avoir des conséquences, comme c’est le cas pour le tourisme à la pompe.»

Dans l’opposition, le CSV affiche un refus catégorique de la légalisation du cannabis et préfèrerait que l’Union européenne agisse sur cette question. «Nous sommes contre une libéralisation ou légalisation, tout simplement parce que nous serions dans une situation impossible par rapport à nos pays voisins, qui ont des législations très sévères», explique la députée Martine Mergen.

«Mais il va falloir néanmoins revoir la situation actuelle, car nous sommes conscients qu’un tiers des jeunes consomment du cannabis en toute illégalité. Notre but est de changer les choses, mais au niveau européen.»

Côté Déi Gréng, Josée Lorsché estime au contraire que les pays voisins sont assez ouverts pour que le Luxembourg établisse une politique plus libérale: «Nous sommes pour créer des points de vente contrôlés par l’État, avec une piste pour que seuls les résidents avec un système de carte ou autre y aient accès. Nous voulons éviter ce genre de tourisme, mais nos voisins sont plus ouverts que l’on ne pense.»

La députée verte ne fait que défendre un long combat historique des Verts: «Nous sommes depuis toujours pour la dépénalisation et la décriminalisation des consommateurs. La guerre contre les drogues est contreproductive, mais il faut évidemment protéger la jeunesse avec une éducation de prévention. Notre ligne est de responsabiliser les adultes et mettre fin à l’hypocrisie, car à petite dose, le cannabis n’est pas plus dangereux que l’alcool.»

La rédaction a choisi pour vous

Weedtech cannabis

25 Mai 2018

Interdite au Luxembourg, la consommation de cannabis est autorisée à titre récréatif dans près de la moitié des États-Unis d’Amérique. De leur côté, de plus en plus de pays européens, dont notre voisin allemand, ont opté pour une légalisation thérapeutique. Des exemples à suivre pour le Luxembourg?

Petition 1031 calls for the legalisation of cannabis through coffee shops, as in the Netherlands
Delano

13 Juin 2018

Cannabis cafés, public holidays and rental agency fees are among the issues petitioners are tackling in the latest series of petitions to go live online in Luxembourg.