Les luxembourgeoises dans les starting-blocks

19 Juin 2018 Par Jonas Mercier
Les trois start-up luxembourgeoises qualifiées pour les Fintech Awards 2018 proposent des solutions dans le domaine de la réglementation et de la blockchain.
Les trois start-up luxembourgeoises qualifiées pour les Fintech Awards 2018 proposent des solutions dans le domaine de la réglementation et de la blockchain.
(Photo: Anna Katina / archives)

À la veille de l’édition 2018 des Fintech Awards, Paperjam.lu est allé sonder le moral des trois start-up luxembourgeoises qui pitcheront mercredi. Toutes souhaitent profiter de l’exercice pour confronter leur solution à des regards d’experts, mais aussi pour développer leur réseau.

Elles sont donc trois jeunes pousses à représenter le Luxembourg lors du principal rendez-vous de l’année consacré aux start-up fintech. Actives dans les domaines de la regtech et de la blockchain, elles proposent chacune des solutions à la fois innovantes et de haute qualité dans leur domaine.

Créée début 2017, Algoreg développe une plate-forme assurant un KYC en temps réel. Le système qu’elle propose est destiné à tous les métiers régulés, des banques aux plates-formes de jeu, en passant par les marchés d’échanges de monnaies virtuelles. Le but: la prise en charge globale du parcours clients depuis son inscription jusqu’à la gestion du risque.

«C’est un marché où il y a beaucoup de concurrence, mais nous nous différencions par une gestion complètement automatisée de notre processus, qui est capable d’interagir dans plusieurs langues», explique Jean-Pierre Bitton, le chief sales officer de la start-up, qui compte 16 personnes.

«Participer aux Fintech Awards, c’est bénéficier de la crédibilité et de la visibilité d’un concours reconnu et pris très au sérieux dans la Place», ajoute-t-il. «Si nous remportons le grand prix de 50.000 euros, nous l’utiliserons pour continuer à recruter des personnes de qualité.»

Un SaaS dédié à la gestion de portefeuilles

Apentis se situe également dans le domaine de la regtech, mais s’est spécialisée dans l’industrie des fonds. Sa solution s’adresse aux asset managers et leur permet de respecter les nombreuses réglementations qui touchent et toucheront ce secteur. Elle se concentre davantage sur la gestion des portefeuilles que sur les problématiques de KYC et AML.

«Notre particularité est que nous avons opté pour un système SaaS (Software as a service)», détaille Audric Debaisieux, le CEO de la start-up. «Notre plate-forme est hébergée sur le cloud et donc accessible de n’importe où depuis internet.»

La participation aux Fintech Awards est une façon pour Apentis de se confronter à la concurrence et de profiter d’une évaluation professionnelle de leur solution. «C’est aussi l’occasion de rencontrer d’autres start-up et de se faire du réseau», ajoute l’entrepreneur, qui, en cas de victoire, en profitera pour agrandir son équipe de cinq personnes.

Assurer les récoltes des petits fermiers

La 3e start-up luxembourgeoise en lice, BitValley, est spécialisée dans la blockchain. Et son plus gros projet est la création d’une mutuelle d’assurance décentralisée pour soutenir les petits fermiers des pays en développement.

Cette blockchain baptisée Ibisa veut remplir un vide qui n’est pas comblé par les assureurs traditionnels. Financé partiellement par l’agence spatiale européenne, ce projet permet à des communautés de différents pays de cotiser de toutes petites sommes, qui seront reversées en cas de mauvaises récoltes à ceux qui en ont besoin.

«Notre projet devrait être déployé en début d’année prochaine au Kenya, en Inde et au Bangladesh, avant de s’étendre à d’autres pays», complète Maria Mateo Iborra, la cofondatrice. «Nous l’avons d’ailleurs présenté lundi à Bangkok lors d’un workshop de l’organisation américaine pour le développement Usaid.»

Basée au Luxembourg, mais travaillant avec des experts du monde entier, cette participation aux Fintech Awards est pour BitValley une bonne occasion de faire connaître le projet sur la Place et d’attirer de nouveaux investisseurs pour développer le projet.

La rédaction a choisi pour vous

07 Juin 2018

Cinq jeunes pousses locales ont été sélectionnées pour participer à un stage entrepreneurial intensif d’une semaine organisé ce mois-ci par une société de capital-risque américaine basée dans la Silicon Valley.