Les Jardins d’Anaïs ouvrent leurs portes

08 Juin 2018 Par France Clarinval
Les Jardins d’Anaïs exercent une cuisine créative et classique à la fois, qui fait la part belle aux produits de saison et du terroir.
(Photo: Mike Zenari)

Annabelle Hazard et Pascal Soutiran se sont installés à Clausen dans l’ancien Maho pour ouvrir un restaurant gastronomique qui ne cherche pas à suivre la tendance, mais à respecter le cœur du produit: Les Jardins d’Anaïs.

Annabelle Hazard et Pascal Soutiran arrivent de Champagne avec une soif d’entreprendre et une volonté de faire les choses comme il faut. Ils ont cherché longtemps un restaurant où (s’)investir et considèrent l’adresse bien connue de Clausen comme «une perle rare».

Après un temps d’observation et d’adaptation, les nouveaux exploitants ont mené d’importants travaux pour rendre les lieux à la fois plus chic et plus chaleureux, avec des matériaux nobles et un charme classique. L’admirable jardin est toujours le point fort de l’endroit, encore plus après avoir été réaménagé.

On trouve pour l’instant des asperges blanches cuites en papillote, condiments mimosa/roquette avec un sabayon au beurre de noisette, râpé de lingot de caviar, suivis d’une gourmandise de pintade, croustilles de Panko citronnées avec des légumes du potager de la famille Kirsch ou de saint-pierre de ligne de Bretagne cuits à la vapeur d’agrumes, huile de menthe poivrée et carottes de la famille Kirsch arrosées d’une sauce acidulée.

Retrouvez l’intégralité de l’article sur explorator.lu.

(Photo: Mike Zenari)(Photo: Mike Zenari)(Photo: Mike Zenari)(Photo: Mike Zenari)(Photo: Mike Zenari)(Photo: Mike Zenari)(Photo: Mike Zenari)(Photo: Mike Zenari)

La rédaction a choisi pour vous

Un des employés du Mudam alerte sur les conditions de travail et les nombreuses démissions au sein du musée.

18 Janvier 2019

Une lettre anonyme a été adressée à la direction et au service des ressources humaines du Mudam, ainsi qu’au Woxx et au Wort pour pointer des dysfonctionnements internes en ce qui concerne la gestion du personnel au sein du musée. Mais ce que révèle cette lettre est surtout un malaise plus profond qui reste encore un sujet tabou: les conditions de travail dans le milieu de la culture.

L’artiste János Sugár expose «Fire in the Museum» (2008/2018), un feu constant pendant la durée de l’exposition.

18 Janvier 2019

Le Casino Luxembourg présente à partir du 19 janvier l’exposition «Buveurs de quintessences» réalisée en partenariat avec la Fonderie Darling de Montréal. Une exposition qui n’hésite pas à mettre en exergue le vide qui se donne à voir sous différentes formes esthétiques.

Mudam

17 Janvier 2019

Une lettre anonyme adressée à la directrice du Mudam, Suzanne Cotter, dénonce les conditions de travail dans le musée emblématique de la capitale. La responsable explique les problèmes par une «importante phase de transition».