Les «gilets jaunes» vont faire barrage sur les routes

16 Novembre 2018 Par Ioanna Schimizzi
De nombreuses perturbations sont attendues dans toute la région Lorraine.
De nombreuses perturbations sont attendues dans toute la région Lorraine.
(Photo: Shutterstock)

1.500 actions sont prévues dans toute la France ce samedi. En Lorraine, une vingtaine de manifestations ont été officiellement déclarées dans les préfectures, et le mouvement s’est même propagé en Belgique. Le point sur ce qui attend les usagers.

Les appels à la mobilisation fleurissent sur la toile. 1.500 actions au total ont été recensées dans toute la France. Le mouvement des «gilets jaunes» prévu ce samedi 17 novembre de l’autre côté de la frontière s’annonce d’une grande ampleur.

Sur les réseaux sociaux, des milliers de personnes se déclarent «intéressées» sur les posts mis en ligne. Nombreux sont les automobilistes reprenant le geste de ralliement qui consiste à mettre un gilet jaune de sécurité en évidence sur son tableau de bord, mais difficile de savoir à l’avance l’affluence réelle que connaîtra le mouvement.

En Lorraine, une vingtaine de manifestations ont officiellement été déclarées dans les préfectures, qui ont réagi sur leurs comptes Twitter. Plusieurs points de blocage sont attendus quasiment dans toute la région.

Un site officiel recensant les blocages

Que ce soit des opérations escargot, des rassemblements aux ronds-points ou des blocages de péages, les usagers doivent s’attendre à de nombreuses perturbations dans tout le territoire.

Un site «officiel» est en ligne, afin d’ajouter un rassemblement, et toutes les manifestations y sont recensées sur une carte interactive mise à jour régulièrement.

Près de la frontière luxembourgeoise, plusieurs points de blocage sont prévus, notamment une opération escargot sur la RN52 à partir de 10h30 à hauteur de Mont-Saint-Martin, avec un barrage filtrant vers 11h sur le viaduc. Un rassemblement des gilets jaunes est annoncé à l’ancienne douane d’Aubange.

2.500 policiers et gendarmes en renfort

À Thionville, des barrages filtrants seront mis en place dès 8h sur les ronds-points de la zone du Linkling. Des barrages filtrants sont également attendus du côté de Metz, dans la zone commerciale du Waves à Moulins-lès-Metz.

Édouard Philippe, Premier ministre français, a rappelé mercredi que «l’entrave à la circulation est sanctionnée», et donc que la loi sera appliquée. 2.500 policiers et gendarmes seront d’ailleurs prêts à intervenir en renfort des effectifs normaux.

Des dépôts de carburant bloqués en Belgique

Et la mobilisation s’est depuis propagée en Belgique, où un appel à la mobilisation a également été lancé. Résultat, dès ce vendredi, «une centaine de ‘gilets jaunes’ étaient présents pour bloquer l’entrée du centre Total de Feluy, à Seneffe, près de Charleroi», rapportent nos confrères de la RTBF.

«À Wierde, près de Namur, une quinzaine de personnes bloquent le dépôt de carburant de ProxiFuel. Ils sont présents depuis jeudi soir à 22h et ont passé une nuit blanche sur place autour d’un brasero», ajoute la chaîne belge, qui précisait ce vendredi matin que «pour le moment, ces blocages n’ont pas de répercussion sur le trafic routier belge.» 

850.000 signatures pour la pétition à l’origine du mouvement

Pour rappel, ce mouvement dit des «gilets jaunes» a pris son origine à la suite d’une pétition mise en ligne par une citoyenne française, Priscillia Ludosky, plaidant pour «une baisse du prix des carburants à la pompe». 

Créée au mois de mai, elle a trouvé un écho à l’automne lorsque le gouvernement a annoncé une hausse des taxes sur le diesel et l’essence prévue pour 2019. Le mouvement s’est alors emballé et la pétition recense aujourd’hui plus de 850.000 signatures.

La France va-t-elle se retrouver totalement paralysée ou l’effet de masse propre aux réseaux sociaux va-t-il retomber et la mobilisation attendue sera-t-elle moins importante que prévu? Réponse ce samedi 13 novembre sur les routes du pays.

La rédaction a choisi pour vous

total

28 Mai 2018

La hausse des prix des carburants, observée depuis un an, devrait avoir des effets relativement limités sur l’économie luxembourgeoise. L’indexation des salaires se rapproche, mais les recettes fiscales de l’État augmentent.