Les Gafam ont perdu la formule magique

09 Janvier 2019 Par Jean-Michel Lalieu
Apple
La question est désormais de savoir si Apple va rapidement se ressaisir.
(Photo: Shutterstock)

En début de semaine, Amazon a raflé la première place mondiale à Microsoft. Mais avec une capitalisation boursière largement inférieure aux 1.000 milliards de dollars enregistrés en septembre. Les Gafam ne sont plus trop en forme, à l’image d’Apple, qui a carrément dévissé en bourse depuis trois mois.

Après l’euphorie de 2018, qui a vu coup sur coup Apple, puis Amazon, passer la barre plus que symbolique des 1.000 milliards de dollars de capitalisation boursière – début août pour Apple, début septembre pour Amazon –, la fin d’année a été nettement plus turbulente pour les Gafam.

Depuis plusieurs années, les Gafam (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) ont connu des progressions spectaculaires, tirant les marchés vers le haut. Mais – provisoirement? – l’euphorie est terminée. En cause, le ralentissement de la croissance mondiale et la plus grande frilosité qui commence à coller à la peau des investisseurs.

Amazon, première firme au monde

Star parmi les stars, Apple a même perdu son statut de société la plus puissante au monde. D’abord détrônée par Microsoft, elle doit désormais se placer dans l’ombre d’Amazon. Le titan de l’e-commerce pointe au sommet depuis ce lundi. Sa valorisation atteignait 810 milliards de dollars mardi soir, à la fermeture de Wall Street. Microsoft, numéro un depuis la fin novembre, pointait à 789,2 milliards, alors qu’Apple ne vaut «plus que» 715,4 milliards d’euros.

Pour la firme à la pomme, la chute est rude. Après avoir atteint un niveau jamais connu par une entreprise à 1.125 milliards de dollars le 3 octobre 2018, Apple a chuté de près de 40% sur un trimestre.

Ses iPhone et tablettes se sont écoulés moins bien que prévu, notamment sur les marchés asiatiques. L’économie chinoise connaît un ralentissement relatif, et la guerre commerciale menée par les États-Unis vis-à-vis de la deuxième économie mondiale ne fait qu’aggraver la situation.

Apple admet de mauvaises ventes

Le 3 janvier dernier, Tim Cook, le patron de la firme de Cupertino, a adressé une lettre aux investisseurs pour prévenir que le chiffre d’affaires serait en baisse par rapport à celui de 2018. Et il s’attend, en 2019, à un taux de renouvellement des iPhone moins important que celui prévu. Une annonce qui a, à nouveau, fait chuter le cours de près de 10%.

Ce mercredi, Reuters rapporte que, selon les informations du journal japonais Nikkei, Apple a abaissé de 10% l’objectif de production de ses trois nouveaux modèles d’iPhone. Une décision prise avant l’avertissement sur résultat du début de ce mois.

Des soucis qui n’ont pas empêché de voir les revenus de son PDG, Tim Cook, fortement augmenter pour l’année 2018, à 15,7 millions de dollars. En plus d’un salaire de 3 millions de dollars, il a reçu un bonus de plus de 12 millions. En 2017, sa rémunération, déjà en augmentation, avait atteint 12,7 millions de dollars.

La rédaction a choisi pour vous

05 Septembre 2018

Le géant du commerce en ligne au développement tentaculaire, Amazon, a vu sa cotation dépasser les 1.000 milliards de dollars. Une action atteignait 2.050,27 dollars. Le groupe fondé par Jeff Bezos rejoint Apple dans cette catégorie hors norme.

20 Février 2019

Google pourrait annoncer un investissement dans un second data center en Belgique, en Région wallonne. Après Mons, ce serait la région de Charleroi qui serait visée. Réponse en juillet?