Les fintech, une priorité pour le secteur financier

10 Avril 2017 Par Anne-Sophie Bedel
Grégory Weber
Pour Grégory Weber, la collaboration avec les fintech est un moyen efficace, pour les entreprises financières, de mener à bien leur stratégie d’affaires.
(Photo: PwC Luxembourg)

Le cabinet d’audit PwC a publié, ce lundi, les résultats de son rapport mondial sur les fintech. De cette étude se dégage une attraction croissante des entreprises du secteur financier pour ces start-up innovantes.

Les fintech seraient-elles devenues la nouvelle priorité des entreprises du secteur financier? C’est du moins ce qui ressort du nouveau rapport Redrawing the lines: fintech’s growing influence on Financial Services publié ce lundi par PwC.

Selon l’étude mondiale, 82% des entreprises de services financiers dans le monde prévoient de collaborer davantage avec les fintech dans un futur proche. Soit près de quatre entreprises sur cinq du secteur. Parmi elles, des banques, assureurs ou encore gestionnaires d’actifs. En moyenne, celles-ci affirment attendre un retour sur investissement de 20% ces prochaines années.

Menace ou opportunité?

Mais cette tendance, révèle l’enquête, serait avant tout liée à la crainte grandissante du secteur de voir ses revenus menacés par les fintech. Pas moins de 88% des 1.308 répondants affirment en effet percevoir une menace réelle sur leur activité.

Face à cette menace, une convergence d’intérêts émerge peu à peu. Les start-up y voient ainsi l’opportunité de faire entrer des acteurs historiques du secteur financier dans leur capital, mais aussi de pouvoir accéder à leurs clients. De leur côté, les grandes entreprises financières considèrent cette collaboration comme un moyen de surmonter leurs écueils technologiques et améliorer leurs relations clients.

«La collaboration avec les fintech et l’innovation au sens large ne signifie pas de se jeter à corps perdu sur la dernière tendance», prévient cependant Grégory Weber, directeur du Market Research Centre et fintech leader chez PwC Luxembourg. «Il s’agit plutôt de trouver la meilleure solution, le moyen le plus efficace pour ces entreprises financières de mener à bien leur stratégie d’affaires et, au final, de mieux servir leurs clients.»

Menace ou opportunité? Selon le rapport, 60% des répondants – issus de 71 pays – estiment que l’émergence des fintech représente une opportunité de développer leur gamme de produits et services. 46% d’entre eux y voient également l’occasion de développer leur capacité d’analyse des données.

Évolution du secteur

La prise de conscience des atouts d’une telle collaboration remet en question les modèles des acteurs traditionnels, qui tentent d’intégrer de nouveaux services.

«Les fintech ont permis de développer une gamme d’activités intéressantes pour les acteurs du secteur financier allant de la collaboration avec des start-up, au financement d’incubateurs et au déploiement de nouvelles solutions technologiques», explique Grégory Weber.

Longtemps mise de côté, la blockchain commence elle-aussi à devenir une réalité tangible pour les acteurs du secteur financier. L’étude révèle ainsi que plus de 77% des établissements financiers internationaux prévoient de l’adopter dans leurs systèmes de production d’ici trois ans. En 2016, le financement des start-up active dans le champ de la blockchain a atteint 450 millions de dollars dans le monde, soit une augmentation de 79% par rapport à l’année précédente. Par ailleurs, près d’un quart des financiers internationaux déclarent aujourd’hui très bien, voire extrêmement bien connaître cette technologie.

La rédaction a choisi pour vous

Jean-Yves Leborgne

22 Juin 2017

La Grèce est le seul pays de la zone euro qui dépende encore du programme d’aide financière. Le programme actuel a commencé en août 2015 en Grèce et devrait se prolonger jusqu’en juin 2018. Le Mécanisme européen de Stabilité (MES) s’est engagé à prêter jusqu’à 86 milliards. Les versements seront opérés en fonction de l’avancement observé au niveau des réformes structurelles, comme convenu à la signature du programme. À l’heure actuelle, 31,7 milliards ont déjà été prêtés.