Les finalistes présentent leurs solutions

21 Juin 2018 Par Jonas Mercier
Les huit finalistes entourent le ministre des Finances, Pierre Gramegna.
Les huit finalistes entourent le ministre des Finances, Pierre Gramegna.
(Photo: Matic Zorman)

Les huit start-up sélectionnées pour participer à la finale de la troisième édition des Fintech Awards ont présenté devant la caméra de Paperjam.lu leurs produits en une minute.

Transformation, réglementation, mutualisation, investissement, cybersécurité, traduction... Si vous n’avez pas pu assister à la finale des Fintech Awards 2018, mercredi soir à KPMG, Paperjam.lu vous propose une séance de rattrapage.

Juste après l’annonce, par le jury, des huit finalistes, nous sommes allés trouver les huit start-up sélectionnées pour leur demander de se prêter au jeu du pitch express. Chacune a eu une minute à disposition pour présenter sa solution.

Voici leurs réponses:

2Spark

Algoreg

Apiax (3e prix)

BitValley (prix du jury)

Hydrogen (1er prix)

Lingua Custodia (2e prix)

Raisin

Thetaray

La rédaction a choisi pour vous

21 Juin 2018

Créée il y a seulement six mois, la start-up new-yorkaise Hydrogen a reçu mercredi soir le grand prix de la 3e édition des Fintech Awards. Elle offre une boîte à outils avec plus de 400 options pour créer et personnaliser sa propre application, notamment dans le domaine de la finance.

Governance.com avait été désigné Fintech of the Year lors de la première éditino des Fintech Awards, en 2016.

08:00

Le classement des 50 fintech européennes les plus en vue du moment inclut cette année deux jeunes pousses basées au Luxembourg. Deux autres sont liées au Grand-Duché par le biais de la Lhoft. Une cinquième est considérée comme l’une des plus prometteuses du continent.

«Si nous avons choisi la blockchain pour notre solution, c’est simplement pour bénéficier des avantages de cette technologie qui rend l’ensemble du processus plus simple et sécurisé», explique Alexander Tkachenko, le CEO et fondateur de VNX.

12 Juillet 2018

En utilisant la blockchain, la jeune pousse VNX a créé une plate-forme d’échange pour faire le lien entre les investisseurs et les sociétés de capital-risque en quête de liquidité. Très bien accueillie dans le milieu, cette solution doit encore attendre l’aval de la CSSF.