Les députés CSV tirent leur épingle du jeu

08 Octobre 2017 Par Jean-Michel Hennebert
Faites passer votre souris sur cette carte, ainsi que sur toutes les autres, pour afficher les données. (Dernière mise à jour à 23h30, dimanche 8 octobre)

Parmi les 49 députés qui s’étaient présentés aux communales, les 20 représentants du principal parti d’opposition parviennent globalement à renforcer leur présence dans les différents conseils communaux. Voire à entrer au niveau échevinal.

L’effet de locomotive électorale appelé de ses vœux par Marc Spautz, président du CSV, semble avoir été entendu par les électeurs. Dimanche soir, sur les 20 députés chrétiens-sociaux engagés dans la bataille des communales, tous ont été élus. Neuf ont d’ores et déjà l’assurance d’être bourgmestres, ou se trouvent en position de l’être. C’est le cas notamment de Léon Gloden à Grevenmacher, Gilles Roth à Mamer, ou Michel Wolter à Kaërjeng, qui continueront leur mandat local, ou bien encore d’Octavie Modert à Stadtbredimus, Marc Lies à Hesperange, ou Félix Eischen à Kehlen, qui prennent la mairie.

Parmi les résultats enregistrés par les chrétiens-sociaux, l’un des plus symboliques tient dans le score obtenu par Serge Wilmes dans la capitale (9.187 voix), puisque sa liste se trouve être en capacité d’entrer au conseil échevinal (+2 sièges). Un résultat qui va au-delà des ambitions affichées, qui tablaient, en début de campagne, sur «l’obtention d’un siège supplémentaire au conseil communal». Avec, au final, 7 mandats sur les 27 en jeu — contre 9 pour le DP —, le CSV Stad peut envisager d’appliquer sa politique destinée à faire de la Ville un acteur plus actif, notamment dans les programmes de construction de logements. Interrogé par Paperjam, la tête de liste saluait dimanche soir «un score historique après 30 ans de recul en nombre de sièges et en pourcentage» et estimait que, désormais, «il faudra parler avec le CSV Stad» dans le cadre des négociations de coalition.

Du côté des déceptions, Françoise Hetto-Gaasch n’est pas parvenue à récupérer le siège de bourgmestre de Junglinster, l’ancienne ministre des Classes moyennes étant arrivée en deuxième place derrière Romain Reitz. Jean-Marie Halsdorf, lui, échoue à Pétange devant l’indéboulonnable Pierre Mellina (CSV). Aly Kaes, quant à lui, perd son fauteuil à Tandel, au profit d’Alain Aust.

Les 29 autres députés ont eu des sorts divers. Parmi les échecs, ceux de Joëlle Elvinger (DP), qui perd la mairie de Walferdange au profit de François Sauber (CSV), ou encore d’Henri Kox (Déi Gréng) à Remich face au DP, mené par Jacques Sitz-Gretsch. À Differdange, Roberto Traversini (Déi Gréng) conserve, lui, son poste grâce aux sept mandats obtenus par sa liste, tout comme Lex Delles (DP), qui obtient 50,2% des suffrages à Mondorf-les-Bains.

La rédaction a choisi pour vous

08 Octobre 2017

Le DP perd un mandat dans la capitale, mais reste, avec neuf mandats, le parti le plus fort. Le grand gagnant, le CSV, avec sept mandats (+2), semble incontournable, même si le partenaire actuel du DP, Déi Gréng, se voit confirmé avec cinq mandats. Que feront le DP et le CSV?

Bettel à Bruxelles

12:05

En date des 14 et 15 décembre 2017, le Premier ministre, ministre d’État, Xavier Bettel, a participé au Conseil européen à Bruxelles.

Les discussions ont porté sur un certain nombre de questions de l’actualité européenne, y compris la défense, les migrations, les questions sociales, l’éducation et la culture. En date du 15 décembre 2017, le Conseil européen a ensuite traité de l’Union économique et monétaire et des négociations relatives au Brexit.