Les CEO luxembourgeois gardent le moral

06 Juillet 2018 Par Ioanna Schimizzi
Le cabinet d’audit a interrogé entre fin janvier et fin février dernier au niveau mondial 1.300 directeurs généraux d’entreprise.
Le cabinet d’audit a interrogé entre fin janvier et fin février dernier au niveau mondial 1.300 directeurs généraux d’entreprise.
(Illustration: Licence C.C.)

Le cabinet d’audit KPMG vient de publier pour la quatrième année consécutive son enquête Global CEO Outlook sur les attentes de dirigeants d’entreprise.

«Les CEO luxembourgeois expriment un optimisme prudent face à un paysage incertain et difficile.» C’est le résultat de la quatrième enquête Global CEO Outlook, publiée par KPMG à la fin du mois de mai. Le cabinet d’audit a interrogé entre fin janvier et fin février dernier au niveau mondial 1.300 directeurs généraux d’entreprise sur les risques les plus importants auxquels est confrontée leur entreprise et sur les stratégies employées pour relever les défis et donner l’essor à la croissance. Lors de cette enquête réalisée pour la deuxième année consécutive au Luxembourg, 25 directeurs généraux du Grand-Duché ont ainsi été interrogés. 

«Tout est dans les paradoxes dans cette enquête, c’est ça qui est intéressant, précise Philippe Meyer, managing partner de KPMG Luxembourg. D’un côté, les dirigeants interrogés voient dans la disruption, donc les transformations technologiques, une opportunité plutôt qu’une menace (à 96%, pour une moyenne mondiale de 95%, ndlr). Mais ils sont également 68% à confier avoir du mal à maintenir un parallèle entre ces deux mondes, numérique et non numérique, contre 30% au niveau mondial.»

Ils sont, dans un premier temps, plutôt contents de pouvoir se libérer d’une contrainte qu’ils ont aujourd’hui sur les ressources humaines.

Pascal Denis, head of advisory au sein de KPMG Luxembourg

Les CEO du Grand-Duché ont également été interrogés sur l’impact à trois ans en termes d’emploi de ces technologies (robotisation, intelligence artificielle, etc.). Ils sont 80% à penser que cela aura un impact positif et que cela créera des emplois plutôt que d’en détruire, contre une moyenne globale de 62% au sein de l’enquête. «Ils ont donc une vision plus optimiste, vis-à-vis du marché de l’emploi, des changements qui vont être occasionnés au Luxembourg, précise Pascal Denis, head of advisory au sein de KPMG Luxembourg. Je pense que le premier sentiment des dirigeants, c’est qu’au Grand-Duché, nous avons une telle pénurie d’un certain nombre de profils qualifiés, notamment dans les domaines de la technologie, de la data, qu’ils sont, dans un premier temps, plutôt contents de pouvoir se libérer d’une contrainte qu’ils ont aujourd’hui sur les ressources humaines.»

Le terme d’alliance est un mode opérationnel que l’on voit très bien, notamment dans le domaine des fintech.

Philippe Meyer, managing partner de KPMG Luxembourg

Pour atteindre des objectifs de croissance, les CEO luxembourgeois sont 48% à considérer la croissance organique comme la «plus importante des stratégies». 16% se tourneraient vers des alliances stratégiques, et 16% vers les joint-ventures. «Le terme d’alliance est un mode opérationnel que l’on voit très bien, notamment dans le domaine des fintech, précise Philippe Meyer. Quand il y a des acteurs nouveaux de type start-up qui arrivent sur le marché, les acteurs historiques, plutôt que de les racheter, parient sur ce concept d’alliance, dans une logique win-win.» Pascal Denis complète: «C’est vrai que l’on est sur un marché domestiqué qui laisse moins de place aux acquisitions. Et cela se ressent également en comparant avec les réponses des CEO des autres pays, qui misent en moyenne pour seulement 28% sur la croissance organique.» Soit quasiment la moitié de la réponse luxembourgeoise.

Reste que les réponses des dirigeants peuvent en outre être impactées par l’actualité géopolitique et économique, et sont le reflet à un instant T de leurs attentes de croissance. «Il est donc intéressant de pouvoir comparer les résultats de l’enquête des différents pays sur plusieurs années», appuie Philippe Meyer.

La rédaction a choisi pour vous

15:00

Enceintes intelligentes, montres connectées… Notre univers quotidien se remplit de gadgets qui ont pour ambition de simplifier notre vie. Objectif fort bienveillant, mais qu’en est-il de l’intrusion dans notre intimité? Que cela induit-il dans notre vie privée?

14:33

Pour cet événement «Mixologie», le Paperjam Club et Maison Moderne ont invité leurs membres au cœur de leurs nouveaux locaux ce mardi 25 septembre 2018. À cette occasion, les membres de la direction ont endossé le rôle de «bar tenders» et les participants ont pu redécouvrir leurs cocktails préférés tout en dégustant des produits de notre partenaire The Stove. (Photos: Maison Moderne)

13:46

La Banque internationale à Luxembourg (Bil) a organisé le 20 septembre 2018, en partenariat avec le Technoport et Paul Wurth Incub, la troisième édition de la Startuppers Night. L’occasion pour les principaux acteurs de l’écosystème start-up de se rencontrer et d’échanger dans une atmosphère festive. (Photos: Anna Katina)