Les bons et mauvais choix en matière d’alpha au T2

30 Mai 2018 Par Lyxor ETF
(Photo: Lyxor ETF )

Alors que le retour de volatilité en 2018 aurait pu profiter aux gérants actifs, certains signes indiquent que la génération d’alpha s’est déjà détériorée. Les experts de Lyxor Asset Management, Marlène Hassine Konqui (Recherche ETF ) et Jean-Baptiste Berthon (Recherche Cross-Asset), partagent leurs perspectives pour les prochains mois.

Détenir l’information n’est plus un avantage majeur

Depuis la correction de février, les actions des différentes régions recommencent à être en corrélation, les investisseurs s’étant concentrés sur des préoccupations commerciales et géopolitiques, l’éventualité d’un pic du cycle économique et les craintes sur le rythme des réformes en Europe et au Japon. Par conséquent, les fondamentaux des entreprises et l’avantage en termes d’informations ont joué un rôle moins essentiel au niveau des rendements.

La dispersion des actions se réduit, entravant encore plus les perspectives des gérants actifs. Les émergents sont l’exception: les cours élevés des matières premières, une dynamique économique plus saine et des conditions financières relativement accommodantes devraient encore soutenir les générateurs d’alpha.

Quelles implications pour vos portefeuilles?

S’agissant du choix du véhicule d’investissement pour un marché donné, un portefeuille optimal pourrait selon nous ressembler actuellement à:

La génération d’alpha dans le monde aujourd’hui

Europe:

% de gérants actifs ayant surperformé au T1 = 58%

L’Europe se trouve encore en début de cycle économique. Par conséquent, un large éventail d’actions offre encore un potentiel haussier, vu l’augmentation des dépenses d’investissement, le levier opérationnel et d’autres catalyseurs, et ce particulièrement si l’environnement politique ne se révèle pas aussi problématique qu’on le craint. Le contexte d’alpha serait donc favorable. Pour l’instant, toutefois, le contexte politique (qui entrave les réformes) dissuade les investisseurs, tout comme l’appréciation de l’euro et le pic de croissance économique. La dernière saison des résultats s’est avérée correcte, sans plus. 

Un environnement de marché favorable aux gérants actifs?

Notre verdict: NON - Nous ne sommes pas certains que le potentiel d’alpha se concrétisera à l’approche de l’été

Les expositions que vous pourriez considérer:

États-Unis:

% de gérants actifs ayant surperformé au T1= 19%

La correction de février s’est traduite aux États-Unis, comme ailleurs, par un retour des corrélations entre les actions et les secteurs. Nous pensons que cette situation pourrait perdurer. Parallèlement, une hausse passagère de la dispersion n’engendrera pas un potentiel de génération d’alpha beaucoup plus élevé. Il pourrait toutefois y avoir des opportunités parmi les actions sensibles à des thèmes tels que la réforme fiscale, la croissance salariale ou la reprise du secteur énergétique. Les résultats sont solides, mais les investisseurs semblent plutôt se concentrer sur les signaux d’alarme pointant vers un éventuel pic des bénéfices, au point que les surprises positives ont été ignorées et que les déceptions ont été traitées plus sévèrement. Les rendements qui ont suivi les publications de résultats ont principalement été influencés par les évolutions sectorielles et du marché dans son ensemble plutôt que par des particularités des sociétés.

 

Un environnement de marché favorable aux gérants actifs?

Notre verdict : NON - Le contexte d’alpha n’est pas meilleur qu’au T1

Les expositions que vous pourriez considérer: 

Japon:

% de gérants actifs ayant surperformé au T1 = 33%

Pour les fonds actifs au Japon, les conditions sont similaires à celles qui prévalent en Europe. Le potentiel semble important, avec un certain nombre de thèmes en jeu: réforme fiscale, mise en œuvre de la «troisième flèche» de Shinzo Abe (la réforme des structures de gouvernance d’entreprise), hausse des dépenses de défense. Toutefois, les risques politiques sont en train de rattraper les dirigeants, ce qui pourrait constituer un défi pour la mise en œuvre des réformes et des changements constitutionnels. Le sentiment du marché dans son ensemble et les fluctuations du yen continueront de prédominer, à notre avis.

Un environnement de marché favorable aux gérants actifs?

Notre verdict: NON - Le potentiel masque également la réalité au Japon. Nous attendons peu d’améliorations à l’approche de l’été.

Les expositions que vous pourriez considérer:

 

Marchés émergents:

% de gérants actifs ayant surperformé au T1 = 33%

La normalisation monétaire et le pic de croissance économique dans les pays développés affaiblissent une partie du soutien externe aux émergents, mais divers facteurs locaux commencent à engendrer de plus grandes disparités entre les actions et augmentent le potentiel d’alpha existant. Les corrélations au niveau des actions sont aussi plus discrètes. Actuellement, le ralentissement en Chine, les frictions commerciales et la technologie sont au centre des perspectives pour les pays asiatiques. Les élections au Venezuela, au Brésil et au Mexique, ainsi que l’avancée des négociations sur l’ALENA devraient soutenir les marchés latino-américains. La situation au Moyen-Orient, l’éventualité d’un nouveau face-à-face entre les États-Unis et la Russie ainsi que le rythme de la croissance européenne seront les thématiques dominantes dans la zone EMOA.

Un environnement de marché favorable aux gérants actifs?

Notre verdict: OUI - Le contexte d’alpha s’améliore dans les marchés émergents

Les expositions que vous pourriez considérer:

 

 

Sources: Bloomberg, équipes Lyxor ETF et Cross Asset Research, à fin avril 2018. La performance passée ne préjuge pas des rendements futurs. Ceci vaut également pour les données de marché historiques. Lyxor International Asset Management (Lyxor ETF), Société par actions simplifiée, Tours Société Générale, 17 cours Valmy, 92800 Puteaux (France), RCS 419 223 375 Nanterre, est une société de gestion de portefeuille agréée par l’Autorité des marchés financiers sous le numéro GP0424.

Pour accéder à l’article complet, rendez-vous sur le site de Lyxor ETF.

Retrouvez toute l'actualité d’Investissement & ETF

La rédaction a choisi pour vous

11 Octobre 2018

Selon la Commission de surveillance du secteur financier, le résultat avant provisions du secteur bancaire pour le premier semestre 2018 s’élève à 2.936 millions d’euros. Sur un an, la performance baisse de 3%. La CSSF pointe comme principales causes «l’augmentation continue des frais généraux» (+6,3%) et la réduction significative des autres revenus nets (-26,3%). À noter que les activités «bancaires principales telles que l’intermédiation bancaire et les métiers liés à la gestion d’actifs» ont permis d’atténuer la baisse.

La nouvelle échéance décidée par le tribunal de commerce a été fixée au 7 février 2019.

10 Octobre 2018

Le tribunal de commerce a décidé mercredi de prolonger le sursis accordé à l’ex-filiale de la banque lettone. L’institution, qui emploie une vingtaine de personnes au Luxembourg, a jusqu’au 7 février pour trouver un repreneur.