Le tabou des violences domestiques

30 Juin 2017 Par Paperjam.lu
100,7
Riicht Eraus est diffusée le samedi de 12 à 13 heures et le dimanche de 9 à 10 heures.
(Photo: DR)

Les violences au sein du couple ou celles exercées entre parents et enfants seront le thème central de Riicht Eraus ce week-end sur 100,7.

L’an dernier, la police a dû intervenir à 789 reprises pour des faits de violences domestiques, tandis que l’année précédente, 210 familles – regroupant 422 enfants – ont été suivies par les services de l’Association luxembourgeoise pour la prévention des sévices à enfants (Alupse).

Qui sont ceux et celles qui se cachent derrière ces chiffres?  Qui sont les auteurs – hommes ou femmes – de ces violences? Et quelles sont les conséquences physiques et psychiques de violences exercées sur la personne d’un enfant.

Dans leur émission Riicht Eraus, ce week-end, nos confrères de 100,7 tenteront de nommer ces violences et de leur donner un visage.

Avec la participation notamment de Roland Seligmann, président de l’Alupse; de Pierrette Meisch, directrice de la Fondation Pro Familia; et de Laurence Bouquet, responsable du service de la Croix-Rouge en charge de la prévention et de la prise en charge des violences domestiques.

Riicht Eraus sera diffusée ce samedi de 12 heures à 13 heures et rediffusée dimanche de 9 heures à 10 heures.

La rédaction a choisi pour vous

La direction de Luxtram précise avoir déjà fait des propositions aux syndicats en juin dernier.

07:40

L’OGBL et le FNCTTFEL-Landesverband ont décidé de saisir l’Office national de conciliation dans le cadre des négociations d’une convention collective au sein de Luxtram. La direction de la société regrette que les syndicats n’aient pas montré une réelle volonté de négocier.

12 Novembre 2018

Médecins, avocats, architectes, commerçants… Dès le 1er janvier prochain, indépendants et professions libérales auront la possibilité de financer leur retraite via un plan de pension complémentaire. LALUX propose dès à présent une solution ultra-flexible pour tous ces travailleurs à leur compte.