Le «Selmayrgate» au Parlement européen

12 Mars 2018 Par Paperjam.lu
Jean-Claude Juncke et Martin Selmayr.
Plus «spin doctor» que bras droit, Martin Selmayr (ici derrière Jean-Claude Juncker) intrigue. La procédure de sa nomination inquiète.
(Photo: Licence C.C.)

Les eurodéputés débattront ce lundi de la nomination du nouveau secrétaire général de la Commission européenne, jugée opaque.

La promotion de Martin Selmayr au poste de secrétaire général de la Commission européenne s’est-elle déroulée dans les règles de l’art? La question sera débattue ce lundi au Parlement européen. 

«Cette récente nomination a suscité des critiques de la part de certains députés, qui veulent des réponses sur la transparence, l’intégrité et la responsabilité de l’ensemble du processus», précise l’ordre du jour du Parlement européen.

Le 21 février dernier, l’Allemand de 47 ans et proche de Jean-Claude Juncker avait été nommé, à la surprise générale, par le président de la Commission, en remplacement du Néerlandais Alexander Italiener. Outre le non-respect de l’escalade hiérarchique propre à l’administration européenne, la nomination aurait été effectuée sans appel d’offres public, comme le prévoit la procédure.

«Tout s’est fait en accord avec l’esprit et la lettre des règles», assurait Alexander Winterstein, porte-parole de la Commission, au moment de la nomination. À l’exécutif européen de s’expliquer ce lundi devant le Parlement européen.

Avant d’arriver, en tant que secrétaire général, à la tête des 32.000 employés de la Commission européenne, Martin Selmayr était chef de cabinet de Jean-Claude Juncker.

La rédaction a choisi pour vous