Le Secours populaire menacé d’expulsion

03 Novembre 2017 Par Frédéric Antzorn
Fabien Engelmann
Fabien Engelmann, ancien militant d’extrême gauche passé au Front national, veut expulser le Secours populaire de son local à Hayange.
(Photo: DR)

La braderie organisée ce samedi dans le local du Secours populaire de Hayange aura pour toile de fond une procédure judiciaire d’expulsion intentée cette semaine par la mairie frontiste contre l’association qui vient en aide aux plus démunis.

Le maire de Hayange, Fabien Engelmann (Front national), poursuit son offensive contre l’association caritative du Secours populaire.

Après avoir fait couper l’an dernier le gaz et l’électricité dans le local municipal que le Secours populaire occupe – selon un bail oral passé avec la précédente majorité à la mairie d’Hayange –, Fabien Engelmann et son équipe souhaitent désormais l’en déloger purement et simplement.

C’est à cette fin qu’il a ainsi entamé cette semaine une procédure d’expulsion devant le tribunal de grande instance de Thionville, que le Secours populaire compte lui aussi saisir afin d’obtenir le droit de récupérer électricité et gaz, lassé de devoir utiliser des petits chauffages à pétrole ou un groupe électrogène pour mener à bien ses activités de soutien aux plus démunis.

Nos confrères de France Bleu Lorraine relèvent que cette nouvelle passe judiciaire qui oppose la mairie frontiste au Secours populaire intervient alors que doit se tenir ce samedi, dans le local en question, une braderie où les plus nécessiteux pourront trouver des vêtements à l’approche de l’hiver, ou des jouets en vue de la Saint-Nicolas ou de Noël.

«Nous sommes sûrs de notre bonne cause, car elle est juste», soutient l’association, alors que Fabien Engelmann parle lui de «nouvelle provocation».

La rédaction a choisi pour vous

15:44

Sur les 187.000 salariés qui résident dans la région Grand Est et qui travaillent hors des frontières, pas moins de 96.600 prennent la direction du Grand-Duché, selon les données du Conseil économique, social et environnemental régional (Ceser) dans son dernier rapport.

20 Avril 2018

Un mois après les révélations sur le vol d’un véhicule de fonction d’un salarié ayant accès à des données sur la centrale nucléaire lorraine, la ministre de la Santé assure que le matériel présent dans la voiture ne permet pas de mettre en péril la sécurité du site.