Le Secours populaire l’emporte face au FN

20 Décembre 2017 Par Frédéric Antzorn
Fabien Engelmann
Fabien Engelmann et son équipe à la mairie de Hayange doivent à nouveau fournir l’électricité et le gaz au Secours populaire.
(Photo: DR)

Le maire FN de Hayange, Fabien Engelmann, a subi un nouveau revers judiciaire, cette fois face au Secours populaire dont il avait privé le local de gaz et d’électricité l’hiver dernier. La justice l’a invité hier à rouvrir les compteurs.

Le tribunal de grande instance de Thionville a tranché. La mairie frontiste de Hayange doit rétablir le gaz et l’électricité qu’elle avait coupés il y a un an au local du Secours populaire, une association venant en aide aux plus démunis.

Elle doit aussi remettre à sa place l’enseigne de l’association qu’elle avait fait enlever – au-dessus du local dont elle estime illégale son occupation par le Secours populaire –, le tout étant lié à une astreinte de 500 euros par jour en cas de non-respect de la décision.

Alors que l’association s’est réjouie de pouvoir à nouveau «travailler dans des conditions normales», le maire FN de Hayange, Fabien Engelmann, a quant à lui estimé que cette décision de justice était «un appel au squat», tout en faisant part de son intention d’interjeter appel.

Et il souhaite toujours expulser le Secours populaire de ce local qu’il occupe – avec les Restos du coeur – sur base d'un bail oral passé avec la précédente majorité de Hayange. 

Pour Engelmann, c’est une question de principe. Car, selon lui, les deniers publics ne peuvent aller à une association qu’il considère comme «politisée», liée au Parti communiste, et militante «pro-migrants».

Un habitué des tribunaux

Ancien membre de la CGT passé brièvement par le Nouveau parti anticapitaliste (NPA), Fabien Engelmann avait retourné sa veste en 2010 pour rejoindre le Front national, avant d’être élu conseiller régional du Grand Est en décembre 2015, porté par son élection à la mairie de Hayange un an et demi plus tôt.

Depuis, il fait surtout parler de lui à travers l’actualité judiciaire. Il a déjà notamment été condamné à des amendes ou à de l’inéligibilité pour dénonciation calomnieuse, diffamation publique ou encore des irrégularités dans ses comptes de campagne, jugements qu’il a toujours qualifiés de «politiques».

En février dernier, Fabien Engelmann a été mis en examen pour non-respect des règles du Code des marchés publics. Et pas plus tard que ce lundi, il a été débouté par la Cour d’appel de Metz devant laquelle il avait poursuivi un de ses opposants, membre de l’association Hayange, Plus Belle ma Ville qui l’avait traité sur sa page Facebook d’«apprenti dictateur».

À noter enfin que la ville de Hayange a été jumelée durant 30 ans à celle de Diekirch, jumelage suspendu par cette dernière depuis l’arrivée de Fabien Engelmann à la tête de la mairie de Hayange. 

«En tant que socialistes, nous considérons qu’il n’est pas possible de dialoguer avec des gens se réclamant d’un parti d’extrême droite», avait expliqué à l’époque à Paperjam.lu Claude Haagen, le bourgmestre de Diekirch.

La rédaction a choisi pour vous

L'Europort, plateforme logistique et industrielle multimodale, possède plus de 200 hectares de foncier disponibles.

13 Août 2018

Parti le 13 juillet dernier de Chengdu, au centre de la Chine, le train test contenant 40 containers n’a finalement pas atteint sa destination finale: la plate-forme multimodale de Thionville-Illange. Loin d’avoir dit son dernier mot, Jean-Charles Louis, président d’Europort, a confié ce lundi envisager une collaboration avec CFL Cargo.