Le plan pour faire de l’UE un hub fintech

08 Mars 2018 Par Thierry Raizer
 Valdis Dombrovskis et Jyrki Katainen, commission européenne.
Les vice-présidents de la Commission, Valdis Dombrovskis et Jyrki Katainen, défendent un label européen pour les plateformes de «crowdfunding».
(Photo: Commission Européenne)

La Commission européenne mise sur les fintech pour accélérer l’Union des marchés des capitaux. Un plan d’action en plusieurs points a été présenté mercredi. Avec un accent sur le «crowdfunding».

La technologie peut-elle aider à lever des entraves au marché unique européen? La Commission européenne semble miser sur les fintech pour finaliser l’Union des marchés des capitaux, selon un «plan d’action visant à exploiter les possibilités offertes par les innovations technologiques dans le domaine des services financiers».

Opportunités pour le Luxembourg

Un plan présenté ce mercredi et qui repose sur plusieurs points, dont plusieurs sont déjà expérimentés au Luxembourg, tant par les acteurs publics que privés. 

•           La création d’un laboratoire européen des fintech où autorités européennes et nationales et fournisseurs de solutions technologiques trouveront un cadre neutre de discussions. Le Luxembourg aura tout intérêt à y prendre part activement étant donné son expérience dans le déploiement d’un écosystème fintech.

•           Une consultation pour promouvoir la numérisation des informations publiées par les sociétés cotées en Europe. La société luxembourgeoise Fundsquare, filiale de la Bourse de Luxembourg, pourrait partager son expérience autour des fonds.

•           Des ateliers autour de la cybersécurité, une priorité nationale au Grand-Duché.

•           Une étude des meilleures pratiques de «sandbox», des cadres établis pour permettre aux jeunes pousses de tester leurs solutions en situation réelle.

•           Une stratégie globale en matière de technologie des registres distribués (distributed ledger technology) et de chaînes de blocs («blockchain»), des matières expérimentées aussi au Luxembourg, notamment autour de l’initiative Infrachain ou de FundsDLT.

L’objectif est que l’Europe devienne un centre mondial des fintech.

La Commission européenne

Au total, le plan prévoit 23 initiatives au croisement de la technologie et du secteur financier.


«L’objectif est que l’Europe devienne un centre mondial des fintech et que, dans ce secteur en plein essor, les entreprises et les investisseurs de l’UE puissent tirer pleinement parti des avantages qu’offre le marché unique», déclare la Commission européenne dans son communiqué

Passeport européen pour le «crowdfunding»

Parmi les actions prévues, la Commission veut encourager le financement participatif ou «crowdfunding», «en particulier pour les start-up et les autres petites entreprises». Or, le recours au financement par des particuliers se limite souvent aux frontières du pays, faute de règles communes. Ce qui est synonyme de barrières réglementaires.

«Un agrément au niveau de l’UE permettrait aux plateformes de financement participatif de gagner en envergure en Europe», selon Valdis Dombrovskis, vice-président de la Commission européenne, en charge de la stabilité financière, les services financiers et l’union des marchés des capitaux. «Celles-ci seraient alors en mesure de mettre en relation investisseurs et entreprises dans toute l’Union européenne, ce qui donnerait la possibilité aux sociétés et aux entrepreneurs de présenter leurs idées à un public plus large de bailleurs de fonds.»

La Commission préconise, en faisant adopter un règlement au Parlement européen, que les plateformes de «crowdfunding» qui le souhaitent décrochent un label de l’UE stipulant qu’elles se conforment à un ensemble de règles qui protègent en même temps l’investisseur.


Revoir la conférence de presse sur le plan d’action fintech en Europe

La rédaction a choisi pour vous

Nicolas Mackel, Luxembourg for Finance

01 Mars 2018

À l’occasion de la conférence Fintechstage, qui se tient jeudi au Cercle Cité, le CEO de Luxembourg for Finance (LFF), Nicolas Mackel, rappelle que la mission première de l’agence de promotion de la Place est de trouver les solutions fintech qui répondent aux besoins de digitalisation du secteur financier. Et non pas nécessairement d’attirer des start-up.

Nasir Zubairi

22 Février 2018

En pleine phase d’expansion et à deux mois de son installation dans la House of Start-ups (Host), la Luxembourg house of financial technology (Lhoft) se positionne toujours plus comme un acteur incontournable du secteur financier luxembourgeois. Nasir Zubairi, son CEO, rappelle que l’incubation ne constitue qu’une partie de ses activités. Interview.