Le Medef Moselle change de nom et de président

03 Juillet 2018 Par Ioanna Schimizzi
Jean Poulallion est le Président de l’entreprise Metzger à Metz.
Jean Poulallion est le président de l’entreprise Metzger à Metz.
(Photo: UE57)

Le Medef Moselle n’est plus. Il faut désormais l’appeler «Union des entreprises de Moselle». Et ce n’est pas le seul changement de l’organisation patronale, puisque Jean Poulallion vient d’en être élu président.

Alors que Geoffroy Roux de Bézieux a été élu ce mardi à la tête du Medef national pour les cinq prochaines années, au niveau local, le Medef Moselle connaît également du changement au sein de sa gouvernance.

Jean Poulallion a en effet été élu président du Medef Moselle lors de l’assemblée générale qui a eu lieu le 19 juin dernier. Le président de la société Metzger à Metz succède ainsi à Paul Arker, qui, après trois mandats, avait annoncé qu’il ne se représenterait pas.

Et ce n’est pas le seul changement qui est intervenu pour le Medef Moselle, puisque ce dernier a également changé de nom. L’organisation patronale mosellane se nomme désormais «Union des entreprises de Moselle» (UE57). 

Stéphane Lehning comme premier vice-président

«Il faut s’appuyer sur l’expérience afin de mieux rénover, mais aussi de rassembler plus largement les initiatives et les entreprises», précise Jean Poulallion, qui est élu pour un mandat de trois ans, dans un communiqué. «Je veux lutter pour les idées plutôt que pour les structures.»

Stéphane Lehning, président des laboratoires éponymes à Sainte-Barbe, est désormais premier vice-président de l’UE57.

La rédaction a choisi pour vous

Amazon n'a pas confirmé les informations du Républicain Lorrain.

11 Juillet 2018

Le géant du e-commerce pourrait implanter un centre logistique européen sur l’ancienne base aérienne de Metz-Frescaty, selon les informations du Républicain Lorrain. Un bâtiment de 55.000m2 et 2.000 emplois seraient en jeu.

La CCI Moselle Métropole Metz

10 Juillet 2018

Un récent rapport de l’Inspection générale des finances française préconise de réaliser 400 millions d’euros d’économies pour les Chambres de commerce et d’industrie. La CCI Moselle Métropole Metz dénonce une «mise à mort».