Le Luxembourg, le bonheur et l’ONU

15 Mars 2018 Par Jonas Mercier
À en croire les calculs des experts de l’organisation internationale, les Finlandais semblent en effet les plus heureux du monde, suivis des Norvégiens, des Danois, des Islandais et des Suisses.
À en croire les calculs des experts de l’organisation internationale, les Finlandais semblent en effet les plus heureux du monde, suivis des Norvégiens, des Danois, des Islandais et des Suisses.
(Photo: Licence C. C.)

L’Organisation des Nations unies (ONU) a présenté mercredi son World Happiness Report. Sept pays européens figurent parmi les 10 pays les plus heureux. Le Luxembourg se classe pour sa part dans le top 20.

Cette fois-ci, il ne s’agit pas d’inclusion économique, de compétitivité ou d’attraction des talents, mais de bonheur. L’ONU a publié mercredi la sixième édition de son classement des populations les plus heureuses.

Les pays nordiques occupent le haut du classement. À en croire les calculs des experts de l’organisation internationale, les Finlandais semblent en effet les plus heureux du monde, suivis des Norvégiens, des Danois, des Islandais et des Suisses.

L’Afrique en bas de classement

Le premier pays non européen arrive en 7e position, juste derrière les Pays-Bas. Il s’agit du Canada. La Nouvelle-Zélande, la Suède et l’Australie terminent ce top 10. Et le Luxembourg? Il arrive en 17e position, derrière l’Irlande (14), l’Allemagne (15) et la Belgique (16).

Les points forts du Grand-Duché sont bien évidemment sa richesse, mais également ses avantages sociaux et son espérance de vie en bonne santé. Les autres critères pris en compte dans ce classement sont la liberté de faire ses propres choix, la générosité et la perception de la corruption.

En bas de classement, on retrouve le Soudan du Sud, la République centrafricaine et le Burundi.

Capture d'écran World Happiness Report 2018

La rédaction a choisi pour vous

10x6 RH

24 Mai 2017

Comment rendre le bonheur rentable? C’est à cette question que tenteront de répondre 10 professionnels, mercredi 31 mai, lors du 10x6 organisé par le Paperjam Club.

«Une personne adulte contacte un enfant, souvent en ligne et sous une fausse identité, dans le but de l’abuser sexuellement ou de lui extorquer de l’argent», explique le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse.

07 Décembre 2018

Le ministère de l’Éducation nationale lance une campagne consacrée au «grooming», ce phénomène qui peut aller jusqu’à une sollicitation sexuelle en ligne d’un mineur par un majeur. Des conseils sont notamment prodigués aux parents sur un site dédié.