Le Luxembourg en nombre au Paris Fintech Forum

25 Janvier 2018 Par Paperjam.lu
Nasir Zubairi, le CEO de la Lhoft, ou encore Céline Lazorthes (Mangopay) et Denis Kiselev (SnapSwap) font partie des speakers annoncés.
Nasir Zubairi, le CEO de la Lhoft, ou encore Céline Lazorthes (Mangopay) et Denis Kiselev (SnapSwap) font partie des speakers annoncés.

Une importante délégation luxembourgeoise se déplacera au principal rendez-vous européen de la fintech, qui se tient la semaine prochaine à Paris. Plusieurs acteurs de l’écosystème luxembourgeois seront également sur les devants de la scène.

Le ministre des Finances en tête, la délégation luxembourgeoise, qui participera au Paris Fintech Forum mardi et mercredi prochain, sera nombreuse, selon nos confrères du Wort. La Lhoft y amènera une partie des start-up qu’elle héberge (BitFlyer, BitPesa), mais aussi d’autres du Lux Future Lab (Crosslend, Birdee, Tetrao).

Seront également présents l’éditeur de logiciel Duco, le spécialiste en cybersécurité Secourriel, les initiatives autour de la «blockchain» Infrachain et Scorechain. Des acteurs plus anciens de la Place viendront compléter cette délégation: Seqvoia, Telindus, Six Payment, KPMG, PwC et LFF (Luxembourg for Finance).

À noter que plusieurs figures de l’écosystème luxembourgeois prendront la parole dans le cadre de l’événement. Aux côtés du ministre des Finances Pierre Gramegna, on pourra écouter Nasir Zubairi, le CEO de la Lhoft, Sebastian Hasenack (Investify), Céline Lazorthes (Mangopay), Denis Kiselev (SnapSwap) ou encore Michael Jackson (Mangrove Capital Partners).

La rédaction a choisi pour vous

Des start-up proposent de plus en plus de solutions très accessibles pour faire bénéficier la population des avantages de la blockchain, notamment à travers le paiement ou l’épargne.

14 Décembre 2018

Trop technique pour changer concrètement notre quotidien? Pas si sûr. Grâce aux monnaies virtuelles qu’elle génère, la blockchain apparaît comme une alternative de plus en plus viable pour les paiements, l’épargne ou tout simplement pour remplacer la monnaie fiduciaire.