Le Luxembourg aux premières loges de la vente de l’AC Milan

14 Avril 2017 Par Paperjam.lu
La somme de 740 millions d'euros comprend la valeur du club aisni que ses dettes, qui sont estimées à 220 millions d'euros.
La somme de 740 millions d'euros comprend la valeur du club aisni que ses dettes, qui sont estimées à 220 millions d'euros.
(Photo: Twitter)

L’AC Milan est passé, jeudi, sous pavillon chinois par le biais d’une société basée au Luxembourg. La vente du légendaire club détenu depuis 31 ans par Silvio Berlusconi, l’ancien Premier ministre italien et magnat de la presse, s’élève à 740 millions d’euros.

L’ère Berlusconi est bel et bien finie dans le football italien, et cette page se tourne depuis le Luxembourg. Les parts que détenait l’homme d’affaires italien par son holding Fininvest ont été vendues à 99,9% à Rossoneri Sport Investment Lux.

La dernière partie du nom de cette société fait référence au domicile luxembourgeois qu’a choisi le consortium d’investisseurs chinois pour faire cette transaction. Les conditions de la vente avaient été négociées en août dernier, mais les procédures pour le versement de la somme de 740 millions d’euros n’avaient pas pu être définies, d’où cette solution qui a été trouvée.


L’AC Milan est actuellement 6e de Serie A, mais espère retrouver un second souffle avec ce changement de propriétaires. Ces derniers ont promis d’investir massivement dans le club. Ironie du sort, le célèbre club défiera samedi son voisin de l’Inter Milan, également détenu majoritairement par des investisseurs chinois.


La rédaction a choisi pour vous

23 Août 2016

Annoncée comme effective par France Football, la prise de contrôle du club phocéen par Gerard Lopez a été démentie officiellement par l’actuelle propriétaire, Margarita Louis-Dreyfus. De son côté, l’homme d’affaires luxembourgeois garde le silence.

15:00

C’est avec un texte de moins de 20 pages que la commission de surveillance du secteur financier (CSSF) a, selon les observateurs, révolutionné le contexte ICT au Luxembourg. La circulaire 17/654 sur le Cloud Computing proposée fin mai 2017 définit le cadre dans lequel une entreprise peut externaliser des services en les faisant reposer sur une infrastructure de Cloud Computing qui n’est plus obligatoirement basée au Luxembourg.