«Le Luxembourg attire plus de 50% des frontaliers»

23 Avril 2018 Par Paperjam.lu
51% des salariés frontaliers résidant dans la région Grand Est travaillent au Luxembourg, selon les données du Ceser Grand Est.
(Photo: Maison moderne / archives)

Sur les 187.000 salariés qui résident dans la région Grand Est et qui travaillent hors des frontières, pas moins de 96.600 prennent la direction du Grand-Duché, selon les données du Conseil économique, social et environnemental régional (Ceser) dans son dernier rapport.

Six mois après avoir prédit que la barre des 100.000 frontaliers français au Grand-Duché sera franchie au cours de l’année 2018, le Ceser Grand Est confirme l’attrait qu’exerce le Grand-Duché auprès des résidents de la région frontalière. Chiffrant au quatrième trimestre à 96.588 le nombre de frontaliers travaillant au Grand-Duché, l’assemblée consultative qui regroupe 10 départements français affirme non seulement que le pays «attire à lui seul plus de la moitié des frontaliers résidant dans le Grand Est», mais aussi qu’«un tiers des emplois créés au Luxembourg est occupé par des résidents français».

Sur les 10 dernières années, le Ceser Grand Est chiffre à 3,5% la progression du nombre de frontaliers et à 5,3% pour la seule année 2017. À titre de comparaison, la Suisse a attiré 1,3% de frontaliers supplémentaires sur la décennie écoulée et 2% en 2017. Au quatrième trimestre 2017, les principales destinations des travailleurs du Grand Est sont donc le Luxembourg (51%), l’Allemagne (23%) et la Suisse (20%). La Belgique, elle, n’attire que 5% des résidents du Grand Est.

Dans son rapport, le Ceser note également «une diminution marquée du chômage dans toutes les régions frontalières» au cours du quatrième trimestre 2017, même si le niveau atteint dans la région française reste à un niveau élevé, à 8,6%. Seule la Wallonie fait moins bien, avec un taux de chômage fin 2017 fixé à 9,2%. Les bons élèves en la matière se trouvent être le land de Bade-Wurtemberg (3,2%), la Rhénanie-Palatinat (4,5%) et la Suisse (4,5%). Le Luxembourg, lui, enregistrait un taux de chômage de 5,8% au quatrième semestre 2017.

La rédaction a choisi pour vous

Pour les trois élus frontaliers, la mobilité sera l’un des principaux enjeux du futur gouvernement luxembourgeois.

24 Septembre 2018

Alors que la campagne électorale pour les législatives du 14 octobre bat son plein, les maires et bourgmestre de Thionville, Villerupt et Arlon émettent quelques idées qu’ils aimeraient voir développées par le futur gouvernement.