Le LSAP joue sa dernière carte à Esch

11 Octobre 2017 Par Camille Frati
Esch
Le LSAP se tient prêt à discuter d’une coalition avec Déi Gréng et Déi Lénk même si le CSV, avec trois points de pourcentage en plus, a la priorité dans la constitution d’une alliance au conseil communal.
(Photo: Wikimedia commons)

Tandis que le CSV, vainqueur du scrutin communal de dimanche, a entamé des négociations avec le DP et Déi Gréng, le LSAP n’enterre pas l’idée d’une coalition à trois pour conserver son siège de bourgmestre.

Symbole de la vague orange qui s’est abattue sur le pays dimanche, Esch-sur-Alzette a placé le CSV en tête avec 30% des voix, loin devant le LSAP dont elle est pourtant un bastion depuis plus d’un siècle.

Le CSV se retrouve donc avec six sièges (+2), autant que le LSAP (-3), tandis que Déi Gréng comptent trois mandats (+1) et le DP deux (+1). Déi Lénk conservent leurs deux sièges et le KPL comme l’ADR ont perdu leur unique siège respectif.

Vainqueur du scrutin, le CSV a logiquement la primeur pour lancer les tractations en vue de former une coalition. Des négociations qu’il a choisi de commencer avec Déi Gréng mercredi et le DP jeudi, selon le Wort, sans exclure des discussions avec le LSAP. Une alliance des deux partis leur octroierait d’office la majorité au conseil sans avoir besoin d’un troisième larron.

Il y aurait une coalition des trois vainqueurs dans les urnes ou d’un vainqueur avec deux perdants.

Georges Mischo, tête de liste CSV à Esch

Mais l’échevin Déi Gréng Martin Kox a fait savoir que le LSAP avait également approché son parti pour une rencontre. Il faudrait, dans l’hypothèse d’une coalition menée par le LSAP, inclure également Déi Lénk.

Une information qui fait sourire Georges Mischo, tête de liste CSV et futur bourgmestre pressenti au regard des suffrages. «Il y aura alors soit une coalition des trois vainqueurs dans les urnes, soit celle d’un vainqueur avec deux perdants.»

La rédaction a choisi pour vous

Ouvriers luxembourgeois

17 Octobre 2017

Alors que le Parlement européen a validé, lundi, la première étape de la réforme de la directive sur le travail détaché, le Luxembourg plaide, mardi, pour la mise en place d’un accord politique européen qui devra être trouvé le 23 octobre prochain.

Adem demandeurs d'emploi

16 Octobre 2017

La commission Travail a analysé, lundi, plusieurs modifications au Code du travail. Parmi elles, celle visant à limiter la pratique de certains employeurs visant à recruter une personne au salaire minimum et à faire payer la différence avec son ancien revenu par l’État.