Le Findel veut devenir neutre en émissions de CO2

06 Octobre 2017 Par Jean-Michel Hennebert

D’ici l’horizon 2020, les activités aéroportuaires au Luxembourg ne doivent plus être néfastes pour l’environnement, selon les ambitions du ministère du Développement durable et des Infrastructures. Des adaptations structurelles sont en cours d’implémentation.

Nouveau chantier en vue pour le Findel. Outre la gestion de la croissance du nombre de passagers, les changements de procédure en cours pour l’obtention d’une nouvelle certification d’aérodrome ou les travaux préparatoires en vue de la première rénovation complète de la piste, les responsables de l’aéroport devront également mener à bien les transformations destinées à rendre les activités aéroportuaires neutres en termes d’émissions de CO2.

Pensée dans le cadre des engagements pris par le Luxembourg lors de la COP21, cette opération pourrait être achevée «d’ici deux ans, deux ans et demi», selon Johan Vanneste, CEO de Lux-Airport. Car si l’ambition est présente, il n’en demeure pas moins que le Findel en est encore aux prémices du processus mis en place par l’Airports Council International Europe, instance en charge de la promotion des bonnes pratiques aéroportuaires.

Actions peu spectaculaires

«Nous devrions prochainement atteindre le premier niveau sur les quatre que compte cette certification environnementale», note le CEO. Dans les faits, le gestionnaire de l’aéroport mène actuellement une cartographie de l’empreinte carbone de l’aéroport pour déterminer les principales sources d’émissions.

Pour atteindre la neutralité carbone recherchée, à l’image des aéroports d’Athènes, Lyon ou Rome, plusieurs interventions ont d’ores et déjà été réalisées ou ont été planifiées par le responsable Environnement de l’aéroport, poste créé au cours des derniers mois au sein de Lux-Airport. Peu spectaculaires, ces dernières concernent aussi bien le changement des ampoules actuelles par un éclairage à LED que la hausse de la part d’électricité produite par des énergies renouvelables ou le remplacement des véhicules thermiques par des équivalents électriques.

L’installation de panneaux solaires sur le toit du terminal A, imaginée pour produire une partie de l’énergie consommée, ne se fera pas pour raisons de sécurité aéronautique, les reflets éventuels pouvant affecter la vision des pilotes lors de la phase d’atterrissage. Aucune information sur le montant de l’ensemble des coûts engendrés par ces travaux n’a été fournie, cette question étant jugée pour le moment «trop précoce». À noter enfin que cette certification doit s’intégrer dans le projet d’Airport City qui doit transformer le Findel en nouveau pôle de développement d’ici 2025.

La rédaction a choisi pour vous

Automated border control à l'aéroport de Bruxelles.

28 Septembre 2017

Au printemps 2018, les voyageurs de l’aéroport luxembourgeois pourront utiliser l’une des 10 bornes de contrôle automatique qui seront installées dans le terminal A, annonce jeudi la police. Objectif: raccourcir les files d’attente d’arrivée des vols non Schengen.

22 Septembre 2016

Organisée en partenariat entre le ministère du Développement durable et des Infrastructures, le ministère de l’Économie et l’Union des entreprises luxembourgeoises (UEL) et l’Institut national pour le développement durable et la responsabilité sociale des entreprises (INDR), la conférence concernant l’impact de l’accord de Paris sur les entreprises poursuit un triple objectif: