Le CSV veut en savoir plus sur Encevo

17 Août 2018 Par Jonas Mercier
Étienne Schneider, ministre de l’Économie
Étienne Schneider, le ministre de l’Économie, lors de la pose de la première pierre du nouveau siège de Creos, en février.
(Photo: Nader Ghavami / archives)

Le premier parti d’opposition souhaite convoquer la commission de l’économie de la Chambre des députés, ainsi que le ministre de l’Économie, pour parler de la récente prise de participation du chinois China Southern Power Grid International HK dans le capital du groupe énergétique luxembourgeois.

Le 31 juillet dernier, la société d’investissement française Ardian annonçait dans un communiqué la cession de ses parts dans Encevo à l’opérateur chinois China Southern Power Grid International (HK).

Après l’achat d’une première participation de 23,5% en mai 2012, complétée par une deuxième opération en 2016, celles-ci s’élevaient à 25,5% du capital du groupe énergétique luxembourgeois qui détient Creos et Enovos. «La mise en vente récente des actions détenues par le groupe Ardian à un opérateur chinois a soulevé nombre d’interrogations au sujet de la prise de participation d’investisseurs étrangers dans des infrastructures critiques», précise la demande de la fraction parlementaire du CSV.

Des changements d’actionnaires fréquents

Le groupe énergétique Encevo a connu un autre changement d’actionnaire en début d’année. En février, Post avait en effet racheté les parts du français Engie, qui s’élevaient à 4,71% du capital. L’entreprise publique avait ainsi obtenu le droit de siéger au conseil d’administration d’Encevo, renforçant un peu plus la présence de l’État dans l’entreprise.

Pour rappel, les deux grands énergéticiens allemands RWE et E.on avaient cédé leurs 28% à la BCEE, la SNCI, la Ville de Luxembourg et la société Ardian.

La rédaction a choisi pour vous

Encevo, la société mère d’Enovos et du gestionnaire d’infrastructures Creos a racheté la société Paul Wagner & Fils.

11 Juillet 2018

L’entreprise active dans les techniques du bâtiment et détenue depuis 2015 par Rucio passe dans le groupe d’Encevo, qui diversifie ses activités dans un contexte de disruption du secteur énergétique.