Le Conseil national de la productivité prend forme

25 Septembre 2018 Par Jean-Michel Lalieu
La productivité n’est pas facile à calculer dans une économie fortement axée sur la finance.
(Photo: Matic Zorman / archives)

Le gouvernement luxembourgeois a marqué son accord à la création d’un Conseil national de la productivité. Ses rapports seront transmis aux autorités européennes, afin d’analyser les risques de crise.

En avril dernier, le conseil de gouvernement avait marqué son accord pour la mise en place d’un Conseil national de la productivité au Luxembourg. Lors du conseil du 21 septembre dernier, il a marqué son accord avec le projet d’arrêté grand-ducal pour la création de ce Conseil.

Cette décision répond ainsi à une recommandation du Conseil de l’Union européenne de septembre 2016. Elle proposait de créer un tel organe dans chaque pays de la zone euro, voire dans chaque État de l’Union.

Cet outil, qui s’intègre dans le grand puzzle de l’Union économique et monétaire en construction, est vu comme un garde-fou supplémentaire destiné à prévenir les crises.

Dans son texte de 2016, le Conseil européen expliquait que la crise financière avait montré que les États de la zone euro «peuvent être particulièrement exposés à l’accentuation et à la correction brutale de déséquilibres macroéconomiques susceptibles de se propager à d’autres États» membres ou non de la zone euro.

Une notion complexe à évaluer

De ce que l’on sait aujourd’hui, le Conseil national de la productivité luxembourgeois s’appuiera sur trois organismes existants. L’Observatoire de la compétitivité (ministère de l’Économie) participera à ses travaux et assurera le secrétariat. Le Statec lui fournira des travaux et informations à sa demande, tandis que le Conseil économique et social rendra un avis sur son rapport annuel. Les deux documents seront ensuite transmis à l’Union européenne pour analyse.

Si l’évolution de la productivité est un signal intéressant pour observer comment évolue la croissance économique d’un pays, elle est de moins en moins aisée à évaluer. «C’est déjà assez complexe dans une économie basée sur les services financiers comme le Luxembourg», note Marc Wagener, directeur des affaires économiques pour la Chambre de commerce. «Ça l’est encore plus avec la digitalisation des activités de manière générale.»

À l’avenir, il est probable que ces calculs serviront de base pour la négociation de l’évolution salariale entre partenaires sociaux.

La rédaction a choisi pour vous

Le niveau de vigilance reste au niveau 2. Une présence policière plus importante a été déployée en rue, notamment dans des endroits stratégiques.

12 Décembre 2018

L’attentat de Strasbourg survenu mardi soir a poussé les députés CSV Léon Gloden et Gilles Roth à questionner le gouvernement quant à la sécurité sur le territoire national. Le Premier ministre s’est montré rassurant, mais a confirmé que certaines mesures étaient renforcées.

12 Décembre 2018

S’il est devenu officiellement, depuis le 5 décembre dernier, ministre de la Défense et ministre de la Sécurité intérieure, François Bausch reste en charge de la Mobilité et des Travaux publics. Avec comme ambition de «mener à bien tous les projets lancés».