Le Conseil de la concurrence valide Webtaxi

14 Juin 2018 Par Thierry Raizer
Webtaxi
La fixation des tarifs est essentielle pour que Webtaxi produise ses effets auprès des consommateurs, note le Conseil de la concurrence.
(Photo: DR)

Une plainte déposée par un autre opérateur a conduit le Conseil de la concurrence à examiner la méthode de fixation des prix chez Webtaxi et à la confirmer sur base des effets produits sur le marché.

Une victoire pour Webtaxi. L’entreprise et service de taxi en ligne vient de voir sa méthode de fixation des prix, et donc son modèle d’affaires, validée par le Conseil de la concurrence.

Dans une décision du 7 juin dernier, l’instance a «exempté Webtaxi sur le marché de la réservation préalable de taxis» et «confirme le caractère indispensable de la fixation des prix pour atteindre les gains d’efficacité amenés par l’accord, faute d’alternative viable dotée des mêmes effets proconcurrentiels.»

L’examen de la méthode de fixation des prix et de l’accord sur les tarifs entre les parties prenantes à Webtaxi faisait suite à une plainte déposée par un concurrent.

L’anti Uber

Le Conseil de la concurrence a donc rencontré les sociétés concernées et qui agissent sous la bannière Webtaxi: Benelux Taxis (détenue par Voyages Emile Weber), Inter-Taxis et ProCab (également détenue par Voyages Emile Weber), devenue Webtaxi, qui est la centrale de réservation.

Si le Conseil a constaté qu’il existe une fixation des prix entre sociétés dites concurrentes, il souligne des «gains d’efficacité de l’accord (réduction des courses à vide, du temps d’attente) et le bénéfice qu’en retirent les consommateurs (dont la réduction des prix du fait de l’application de l’algorithme).» 

«L’accusation voulait établir une parallèle avec Uber, mais les deux modèles sont différents car Uber revoit ses prix à la hausse quand la demande augmente, ce qui n’est pas le cas chez Webtaxi», déclare Gabriel Bleser, avocat associé de Moyse Bleser, qui a défendu Webtaxi.

À noter qu’une autre enquête est en cours au niveau du Conseil de la concurrence, toujours dans le domaine des taxis, mais que celle-ci ne concerne pas le cas Webtaxi.

La rédaction a choisi pour vous

webtaxi

13 Février 2017

Alors que la période transitoire de la loi sur les taxis touche bientôt à sa fin, la société du groupe Émile Weber se transforme. Nouvelle grille tarifaire et nouvelle application ont ainsi été présentées lundi. Objectif: contrer la possible venue de la société américaine.

taxis Barcelone

20 Décembre 2017

La Cour de justice de l’UE s’est prononcée ce mercredi matin sur le sort d’Uber, considérant que la plateforme électronique mettant en relation conducteurs et clients relevait bien du domaine des transports et devait donc être soumise aux mêmes obligations.

Avec une perte nette de 13,9 millions d’euros, CFL Multimodal apparaît comme «un problème» selon les termes de Jeannot Waringo, président du conseil d’administration des CFL

15:09

Avec une perte de 13,9 millions d’euros en 2017, la filiale logistique du groupe ferroviaire a fait face à «une année spéciale», selon le rapport annuel présenté lundi. Ce qui n’empêche pas les CFL d’afficher un bénéfice de 10 millions d’euros l’an passé.