«Le CES, un cadre unique pour promouvoir Fit4Start»

12 Janvier 2018 Interviewé par Jonas Mercier
Laurence Hulin
Laurence Hulin: «Nos échanges avec des incubateurs internationaux et des start-up pendant le CES ont permis de mettre en évidence l’aspect unique du Fit4Start par rapport aux autres programmes d’accélération.»
(Photo: Luxinnovation)

Présente au CES de Las Vegas pour Luxinnovation, Laurence Hulin a participé à la conférence Women in Tech – La Night, organisée tous les ans dans le cadre du salon. Elle revient sur l’aspect unique du programme d’accélération Fit4Start, mais aussi sur la présence des femmes dans les start-up.

Madame Hulin, qu’attendiez-vous en venant au Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas?

«Il est important pour Luxinnovation de participer à des événements internationaux tels le CES pour mettre en avant la culture start-up du Luxembourg. L’objectif est de promouvoir les initiatives mises en place pour offrir de réelles opportunités aux sociétés en termes de support, de subsides nationaux, de centres R&D, sans compter l’aspect multiculturel du Luxembourg qui est facteur-clé d’accès à l’Europe.

La fréquentation de ce type de méga événement est une occasion unique d’améliorer notre propre expérience en termes d’événements internationaux, d’étendre notre réseau, de découvrir les tendances dans les nouvelles technologies et les start-up.

C’est aussi l’occasion de venir parler de Fit4Start...

«Oui, le CES est un cadre international exceptionnel et aussi l’occasion de faire la promotion de notre concours Fit4Start, concept réellement unique pour les start-up early stage et émergentes.

En effet, le concours offre aux start-up sélectionnées un subside en cash sans prise de participation au capital de 50.000 euros, un programme de coaching de 16 semaines par des professionnels, un accès à un réseau national et international propice au développement en Europe. Un apport de 100.000 euros supplémentaires est offert par le ministère de l’Économie si la start-up réussit son programme et une levée de capitaux de 50.000 euros.

Mettre en évidence l’aspect unique du Fit4Start.

Laurence Hulin, conseillère start-up chez Luxinnovation

Nos échanges avec des incubateurs internationaux et des start-up pendant le CES ont permis de mettre en évidence l’aspect unique du Fit4Start par rapport aux autres concours et programmes d’accélération.

Vous avez participé à la conférence «Women in Tech – La Night». Les femmes sont-elles les grandes absentes des nouvelles technologies?

«De par mon expérience, je peux dire que l’environnement start-up est très souvent représenté majoritairement par des hommes. Dans les précédentes sessions du Fit4Start, à peine 15 à 20% des candidatures impliquaient des porteurs de projets féminins!

Alors que je ne vois aucune raison objective à cette situation, j’ai tenté de comprendre pourquoi les femmes étaient moins représentées dans le monde de l’entrepreneuriat. J’ai l’impression que nous sommes peut-être plus sensibles au risque que les hommes quand il s’agit d’entrepreneuriat de manière générale. Pourtant, point important, cette tendance ne semble pas applicable quand on parle d’entrepreneuriat social, où l’on constate un équilibre hommes-femmes en termes d’acteurs.

Comment expliquez-vous cela?

«L’entrepreneuriat social, avec ses différents focus sur le soutien aux personnes vulnérables, la cohésion territoriale, l’éducation, la protection de l’environnement, semble vraiment être au cœur des préoccupations féminines.

Comme si les atouts-clés propres aux femmes et leur capacité d’empathie leur permettaient de développer une énergie incroyable et un réel esprit d’initiative en faveur de projets à caractère social et ainsi de leur permettre de dépasser leur aversion au risque.

Dans le futur, j’aimerais voir la même énergie et la même présence féminine dans des projets de toute nature et tout secteur confondus.»

La rédaction a choisi pour vous

12 Janvier 2018

Alors que le Consumer Electronics Show doit se clôturer vendredi, le cofondateur du Hub Institute, Emmanuel Vivier, nous livre son analyse et ses impressions sur les nouveautés présentées par les plus grands acteurs des nouvelles technologies.

11 Janvier 2018

Présent au CES, l’avocat d’affaires internationales Daniel Kahn, inscrit au Barreau de Luxembourg et spécialiste des technologies, a confié à Paperjam ses impressions et donné quelques détails sur le déroulement de cette deuxième journée.

10 Janvier 2018

Annonces de nouveaux partenariats, participation à des sessions de pitch, présence dans les médias internationaux: les jeunes pousses luxembourgeoises ont réussi à se faire remarquer au sein du pavillon Eureka. Retour sur les moments forts de la première journée.