Le Brexit fera gonfler la facture luxembourgeoise

10 Juillet 2018 Par Paperjam.lu
Le départ du Royaume-Uni de l’UE au 29 mars 2019 fera mécaniquement augmenter la participation financière du Luxembourg au budget européen.
(Photo: Maison moderne / archives)

Le départ du Royaume-Uni de l’Union européenne aura une conséquence sur la contribution nationale au budget européen, selon Pierre Gramegna, qui estime le surcoût potentiel à un maximum de 500 millions d’euros annuels.

La hausse proposée en mai par la Commission de 1,03% à 1,114% du revenu national brut pour les 27 États membres de l’UE pour compenser le départ du Royaume-Uni au 29 mars 2019 se traduira par un montant «compris entre 380 et 500 millions d’euros», selon les estimations fournies lundi à la Chambre par Pierre Gramegna (DP), ministre des Finances, qui a précisé ne pas être en mesure d’apporter plus de précisions actuellement.

À ce jour, le Luxembourg verse entre 350 et 380 millions d’euros chaque année au budget européen, ce qui représente 1,50 euro par jour et par citoyen luxembourgeois, selon les données du locataire du ministère de la rue de la Congrégation. Dans sa proposition de budget pluriannuel 2021-2027, l’exécutif européen propose de répartir différemment les fonds disponibles, via une hausse des budgets prévus pour la gestion des frontières extérieures, pour le programme «Erasmus +» ou pour les investissements dans la recherche et l’innovation.

En contrepartie, d’autres politiques verront leurs budgets restreints, notamment la politique de cohésion ou la politique agricole commune. Dans les faits, le Luxembourg devrait donc percevoir 3,8% d’aides aux agriculteurs en moins et 14% pour le Développement durable. Pour Pierre Gramegna, «le Luxembourg pourra vivre avec ces réductions budgétaires».

La rédaction a choisi pour vous

Boris Johnson

09 Juillet 2018

Le ministre des Affaires étrangères du Royaume-Uni a annoncé ce lundi qu’il démissionnait, moins de 24h après son homologue en charge du Brexit, David Davis. Même s’il est l’un des chefs de file du «hard Brexit», l’ancien maire de Londres n’a pas encore détaillé les raisons de son choix.