L’Australie en point de mire pour Kleos Space

07 Février 2018 Par Jonas Mercier
Andy Bowyer, CEO de Kleos Space, et Étienne Schneider, ministre de l’Économie
«La cotation à la Bourse australienne a été favorisée par l’important support que nous avons reçu de la part du gouvernement luxembourgeois et de l’écosystème local», a indiqué Andy Bowyer, le CEO de Kleos Space.
(Photo: Kleos Space)

La start-up luxembourgeoise basée à Belval et membre de l’initiative Spaceresources.lu a clôturé sa première levée de fonds et annonce son intention d’intégrer la Bourse australienne (ASX) au troisième trimestre 2018.

Six mois après son arrivée au Luxembourg, l’entreprise britannique spécialisée dans la mise à disposition de renseignements de géolocalisation prend de la substance. Andy Bowyer, le CEO de Kleos Space, a annoncé mercredi lors d’une conférence de presse au Technoport, où la start-up est hébergée, une levée de fonds de 1,4 million d’euros.

Une communication complétée par l’ambition de la start-up, propriété de la firme Magna Parva, d’intégrer la Bourse australienne au mois de juillet. Il s’agira d’une première pour une entreprise basée au Luxembourg.

«La cotation à la Bourse australienne a été favorisée par l’important support que nous avons reçu de la part du gouvernement luxembourgeois et de l’écosystème local», a indiqué Andy Bowyer, dans un communiqué de presse. «Ce soutien nous permet de rester une entreprise basée au Luxembourg et nous sommes impatients de collaborer avec d’autres entreprises luxembourgeoises du Old- et NewSpace au sein de l’initiative Spaceresources.lu.»

Plus de 50 emplois créés à court terme

La clôture de cette première ronde de financement et l’introduction en bourse permettront à Kleos Space de lever les fonds nécessaires en vue de l’accélération de leurs activités. La start-up prévoit en effet de lancer un premier satellite «générateur de revenus et précurseur dans la géolocalisation des radiotransmissions» en 2019. Dix autres seront placés en orbite d’ici 2027.

En parallèle, la création de plus de 50 emplois «à court terme» est prévue par l’entreprise. «Ces deux nouvelles confirment que le Grand-Duché, en tant que Place pour le développement de technologies spatiales très pointues, est attrayant pour les investisseurs étrangers», a pour sa part indiqué le ministre de l’Économie, Étienne Schneider, également présent lors de la conférence de presse.

La rédaction a choisi pour vous

04 Décembre 2017

Plus de 18 mois après le lancement de l’initiative Spaceresources.lu, l’engouement lié à l’exploitation des ressources spatiales est tel que rares sont les grands acteurs à ne pas se positionner. Au point que d’ici 2040, l’industrie devrait au moins tripler sa taille.