L’art du vent

25 Mai 2018 Par Paperjam.lu
Ludique et colorée, l’œuvre de Susumu Shingu est aussi d’une infinie poésie.
(Photo: Georges Poncet / Mudam Luxembourg)

L’exposition de Susumu Shingu au Mudam fait la part belle à l’utilisation des éléments naturels pour offrir, dans le parc et le grand hall, des sculptures élégantes et mobiles.

L’écologie et la fascination de l’homme pour les phénomènes naturels - air, eau, lumière du soleil, gravité - inspirent les artistes contemporains.

À la fois peintre, sculpteur, chercheur et philosophe de la nature, Susumu Shingu (né en 1967) s’est peu à peu orienté vers la sculpture et le mouvement. Sculpteur du vent, de l’eau et de la gravité, il emprunte aux hautes technologies et aux talents de son époque pour créer des œuvres en harmonie avec les rythmes secrets de la planète. Il a ainsi régulièrement collaboré avec des artistes aussi prestigieux que Renzo Piano, Tadao Ando, Issey Miyake, Jiři Kilián…

L’art de Susumu Shingu ne pourrait exister sans le vent. Ses sculptures élégantes s’animent au moindre souffle et révèlent de la sorte la présence intangible mais omniprésente de l’air. Ce matériau «atmosphérique» que sculpte l’artiste souligne son rapport au monde, sa conscience écologique. 

Toute son œuvre est sous-tendue par cette recherche harmonieuse des rythmes et des vibrations de la nature, ainsi le vent, l’eau, la lumière, la pluie, la neige deviennent-ils les acteurs principaux de ses créations. Ses sculptures dévoilent par leurs mouvements la beauté, la grâce et la force de la nature, tout en offrant un spectacle ludique et coloré.

L’exposition au Mudam présente dans le parc «Wind Caravan», un ensemble de 21 sculptures animées par le vent, tandis que le grand hall accueille notamment «Water Tree», une œuvre majestueuse jouant avec l’eau et ses reflets.

Au Mudam jusqu’en janvier 2019.

 

La rédaction a choisi pour vous

Un des employés du Mudam alerte sur les conditions de travail et les nombreuses démissions au sein du musée.

18 Janvier 2019

Une lettre anonyme a été adressée à la direction et au service des ressources humaines du Mudam, ainsi qu’au Woxx et au Wort pour pointer des dysfonctionnements internes en ce qui concerne la gestion du personnel au sein du musée. Mais ce que révèle cette lettre est surtout un malaise plus profond qui reste encore un sujet tabou: les conditions de travail dans le milieu de la culture.

L’artiste János Sugár expose «Fire in the Museum» (2008/2018), un feu constant pendant la durée de l’exposition.

18 Janvier 2019

Le Casino Luxembourg présente à partir du 19 janvier l’exposition «Buveurs de quintessences» réalisée en partenariat avec la Fonderie Darling de Montréal. Une exposition qui n’hésite pas à mettre en exergue le vide qui se donne à voir sous différentes formes esthétiques.

Mudam

17 Janvier 2019

Une lettre anonyme adressée à la directrice du Mudam, Suzanne Cotter, dénonce les conditions de travail dans le musée emblématique de la capitale. La responsable explique les problèmes par une «importante phase de transition».