La vidéo qui accuse Juncker

13 Juillet 2018 Par Paperjam.lu

Au sommet de l’Otan, ce jeudi, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, s’est fait remarquer par son attitude titubante. La vidéo a tourné en boucle sur les réseaux sociaux.

Présent au sommet de l’Otan où étaient réunis de nombreux chefs d’État, dont le président américain Donald Trump, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a attiré l’attention par sa démarche pour le moins chaloupée et son incapacité à se tenir droit.

Selon les explications de la BBC, rapportée par nos confrères de Delano, l’ancien Premier ministre luxembourgeois aurait prétexté un problème de sciatique. Mais une vidéo diffusée par le quotidien eurosceptique Daily Mail laisse quand même largement entrevoir un problème lié à la consommation d’alcool.

Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes ont en tout cas blâmé le comportement du plus haut représentant de l’Union européenne, qui a dû être soutenu à différentes reprises par ses partenaires de l’organisation atlantique.

La rédaction a choisi pour vous

La société luxembourgeoise Image Rights demande d’avoir accès aux contrats qui lient Kevin De Bruyne au club de Manchester City, ainsi qu’à son sponsor Nike.

10 Août 2018

Le footballeur belge devra fournir à l’entreprise luxembourgeoise Image Rights les contrats qui le lient au club anglais Manchester City ainsi qu’à son sponsor, la marque Nike. Entre 1,5 et 2 millions d’euros de droits à l’image sont en jeu.

Deezer annonçait en novembre dernier posséder plus de 12 millions d'utilisateurs actifs et plus de 6 millions payants.

03 Août 2018

La plate-forme française de streaming musical annonce une levée de fonds de 160 millions d’euros. Parmi les nouveaux actionnaires se trouve notamment le prince saoudien Al-Walid. La transaction valorise Deezer à 1 milliard d’euros.

Facebook a procédé à la suppression immédiate des 32 comptes suspectés. Ils étaient suivis par 290.000 utilisateurs.

02 Août 2018

Critiquée pour avoir servi de relais à de fausses informations ayant influencé le résultat de l’élection présidentielle américaine, l’entreprise affirme aujourd’hui avoir identifié des manœuvres visant à déstabiliser l’opinion américaine avant le scrutin de mi-mandat.