La pression fiscale grimpe au Luxembourg

06 Décembre 2018 Par Jonas Mercier
Depuis 2015, la pression fiscale au Luxembourg a ainsi augmenté d’1,6 point de pourcentage et a dépassé le seuil historique de 38,4% qui avait été atteint en 2012.
Depuis 2015, la pression fiscale au Luxembourg a ainsi augmenté de 1,6 point de pourcentage et a dépassé le seuil historique de 38,4%, qui avait été atteint en 2012.
(Photo: Shutterstock)

Dans son rapport 2018 sur les recettes publiques, l’OCDE relève que la part des recettes fiscales dans le PIB du Grand-Duché est passée de 34,2% en 2000 à 38,7% en 2017.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. La pression fiscale au Luxembourg est repartie à la hausse depuis 2015, où elle avait atteint l’un de ses bas niveaux depuis la crise, et a atteint un sommet en 2017.

Le ratio entre le PIB et les recettes fiscales a été de 38,7% l’année passée, selon le rapport annuel sur les recettes publiques publié mercredi par l’OCDE. Ce pourcentage place le Grand-Duché en 10e position et au-dessus de la moyenne des pays membres de l’organisation, qui est de 34,2%.

Depuis 2015, la pression fiscale a ainsi augmenté de 1,6 point de pourcentage et a dépassé le seuil historique de 38,4% qui avait été atteint en 2012. «Le ratio taxe/PIB au Luxembourg est passé de 36,9% en 2000 à 38,7% en 2017. Sur la même période, la moyenne de l’OCDE était légèrement en dessous, passant de 33,8% à 34,2%», fait remarquer l’organisation internationale.

À noter que dans une étude similaire de l’Union européenne, publiée la semaine dernière, Eurostat calculait cet indicateur à 40,3% pour le Luxembourg.

Source: OCDE

Un haut de classement très européen

La hausse de la pression fiscale est toutefois une tendance globale. En effet, 19 des 34 pays membres de l’OCDE ont enregistré en 2017 une augmentation de la part des recettes fiscales dans leur PIB.

C’est en Israël et aux États-Unis que cette évolution est la plus marquée, avec une augmentation de respectivement 1,4 point et 1,2 point. Les deux pays restent toutefois en dessous de la moyenne de l’OCDE.

C’est le Mexique qui enregistre la pression fiscale la plus faible, avec un pourcentage de 16,2. Le pays européen qui enregistre le ratio le plus faible est l’Irlande, avec 22,8%. À l’inverse, la France est en tête du classement avec 46,2%.

Les pays européens restent largement ceux qui imposent la plus forte pression fiscale à leurs administrés. Ils occupent les 22 premières places de la liste de l’OCDE.

La rédaction a choisi pour vous

OCDE Travail Luxembourg

05 Janvier 2017

Sur base de données qu’il a puisées auprès de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), le Time affirme que le Luxembourg – en termes de produit intérieur brut par heure travaillée par ses salariés – serait le pays le plus productif au monde.