La culture sera à l’ordre du jour de la Chambre

04 Juillet 2018 Par France Clarinval
Sam Tanson
La députée écologiste Sam Tanson a mis en avant le Luxembourg Arts Council, qui aurait pour mission de soutenir la création, encourager la mobilité et la diffusion internationale.
(Photo: Nader Ghavami / archives)

La résolution de porter le sujet de la mise en œuvre du Plan de développement culturel devant les députés tous les deux ans a été largement approuvée.

Sam Tanson (Déi Gréng) lorgne-t-elle du côté du ministère de la Culture? En tout cas, la députée s’active en questions parlementaires sur le sujet et a demandé une heure d’actualité pour que les partis s’expriment sur le Plan de développement culturel. «Je regrette que la commission de la culture qui devait avoir lieu la semaine dernière ait été annulée. Il est temps que les députés se positionnent sur la politique culturelle», estime-t-elle.

À la suite des Assises culturelles et de la présentation du Plan de développement culturel, l’heure d’actualité était donc la bienvenue. Tous les partis ont salué l’important travail réalisé par Jo Kox pour analyser l’existant et l’intérêt des propositions qui y sont faites. «Mais c’est un catalogue de vœux plutôt qu’une réelle vision», regrette Franz Fayot (LSAP), qui souligne que «la culture doit être un droit fondamental et pas seulement un ‘nice to have’».

Il y a des aspects qui peuvent être lancés rapidement, car tout le monde les attend.

Sam Tanson, députée

«Et surtout, ça vient très tard», plante Sam Tanson, qui plaide pour une mise en œuvre du plan: «Il y a des aspects qui peuvent être lancés rapidement, car tout le monde les attend.» Et la députée écologiste de mettre en avant le Luxembourg Arts Council, qui aurait pour mission de soutenir la création, encourager la mobilité et la diffusion internationale.

Octavie Modert (CSV, ancienne ministre de la Culture) célèbre aussi la qualité des 190 pages du plan tout en jugeant que «la culture a surtout besoin de liberté et de flexibilité». Réaliste, elle insiste sur le fait que «ce sera au prochain gouvernement de mettre les recommandations en œuvre». Du côté du DP, André Bauler estime que «c’est la diversité qui compte pour une culture qui ne doit pas être un luxe».

Ce sera au prochain gouvernement de mettre les recommandations en œuvre.

Octavie Modert

Seul l’ADR, par la voix de Fernand Kartheiser, ne voit rien à garder dans le document. Sans surprise, il fustige la «faible importance accordée à la culture luxembourgeoise qui n’est citée que faisant partie de la diversité culturelle». Il ironise enfin sur le terme de «commissaire» au Plan de développement culturel: «Commissaire, voilà un terme bolchevique. Ne me dites pas que le plan n’est pas idéologique.»

Les réformes de gouvernance de la culture, la professionnalisation nécessaire du secteur, la modernisation de la protection du patrimoine, la nécessité de disposer de données et la nécessité de débattre de la politique culturelle de manière régulière sont bien dans les têtes des députés. La résolution proposée par Sam Tanson pour «organiser tous les deux ans un débat au sujet de la mise en œuvre du Plan de développement culturel» a été approuvée à l’unanimité, moins les trois voix de l’ADR.

La rédaction a choisi pour vous

28 Juin 2018

Alors que les Assises culturelles démarrent ce vendredi après-midi, le Plan de développement culturel 2018-2028 a été diffusé. Une somme de 190 pages qui doit doter Luxembourg d’une vision pour la culture.

Claude Turmes

20 Juillet 2018

Alors que le projet de création d’une zone transfrontalière dans le sud du pays devait être validé ce vendredi en conseil de gouvernement, l’adoption de ce dossier a été repoussée. Avec en toile de fond un différend entre membres du gouvernement.