La Croix-Rouge contre la violence sur plusieurs canaux

30 Juin 2018 Interviewé par Jamila Boudou
Campagne #NotATarget  ambulance de la Croix-Rouge Luxembourg
Le véhicule humanitaire criblé de balles voyagera à travers le pays jusqu’au 15 juillet.
(Photo : Croix-Rouge luxembourgeoise)

Pour interpeller l’opinion publique et faire bouger le monde politique sur le sujet de la protection des équipes médicales dans les pays en guerre, la Croix-Rouge luxembourgeoise relaie la campagne mondiale #NotATarget. Au cœur de la stratégie: le street marketing et les appels à la mobilisation sur les réseaux sociaux.

Vous l’avez peut-être aperçu sur le chemin du travail. Ce véhicule de la Croix-Rouge criblé de balles, stationné à l’entrée de la capitale, à Hollerich. Sur Facebook, le post de la photo de cette ambulance commence à faire réagir. Elle intrigue aussi. C’est bien le but recherché de cette stratégie street marketing de la Croix-Rouge, menée dans le cadre de la campagne #NotATarget («pas une cible», en anglais).

Le street marketing

«Ce véhicule est à l’image de ce que peut subir une ambulance lors de conflits armés,» explique à Paperjam le chargé de communication à la Croix-Rouge Luxembourg, Vincent Ruck. «Encore aujourd’hui, les équipes médicales sont trop souvent prises pour cibles malgré leur neutralité.»

La camionnette qui porte les traces de la guerre voyagera à travers le pays jusqu’au 15 juillet. «Lundi et mardi prochains, l’ambulance stationnera quelque part dans le centre de la capitale. L’endroit précis est encore tenu secret, mais nos représentants seront présents pour expliquer au public les enjeux de la campagne #NotATarget.»

La Grande-Duchesse mobilisée

«La Grande-Duchesse, présidente de la Croix-Rouge luxembourgeoise, nous soutient également», ajoute Vincent Ruck. «Ce qui permet, pour nous, de souligner l’importance du sujet.» À la démarche sur le terrain vient s’ajouter la communication digitale.

Partage et appel aux dons

Les passants sont appelés à se photographier avec le #NotATarget et à partager sur les réseaux sociaux. «Nous avons aussi créé un site dédié dans le but de faire un appel aux dons au profit du CICR, le Comité international de la Croix-Rouge. Car, quand un hôpital est détruit, il faut le réparer. En Syrie, plus de la moitié des hôpitaux ont été endommagés ou détruits», nous confie Vincent Ruck.

La campagne digitale #NotATarget se décline aussi sous la forme:

  • de vidéos sur la chaîne Youtube de la Croix-Rouge luxembourgeoise. Les vidéos sont courtes et dynamiques, avec des images qui suscitent l’empathie, les émotions et en lien avec l’actualité;

Les équipes espèrent sensibiliser l’opinion publique luxembourgeoise et surtout, à terme, faire pression pour mettre à l’agenda politique le respect des règles internationales en vigueur en matière de droit humanitaire et de protection des soignants et des victimes de guerre, comme le prévoient les Conventions de Genève.

On ne tire pas sur une ambulance.

C’est le slogan de la campagne #NotATarget

«Au Luxembourg, dans notre pays paisible, c’est naturel de se rendre à l’hôpital. Mais ce n’est pas partout pareil. C’est pourquoi nous voulons en faire prendre conscience aux résidents pour qu’ils soutiennent le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), actif dans l’aide d’urgence dans plus de 80 pays,» ajoute le représentant de la section luxembourgeoise de la Croix-Rouge. 

Selon les chiffres du CICR, 1.200 actes de violence à l’égard des hôpitaux, ambulances ou du personnel ont été commis durant ces deux dernières années dans le monde. En 2017, 10 membres du Comité international de la Croix-Rouge ont été tués pendant leur mission sur le terrain. On fait état de deux morts déjà en 2018. 

La Croix-Rouge luxembourgeoise, elle, est aussi active dans l’aide humanitaire internationale d’urgence, la transfusion sanguine ou encore l’accueil des personnes âgées notamment.

La rédaction a choisi pour vous

20 Septembre 2018

Sous le terme de criminalité financière se cachent des pratiques allant du travail au noir au blanchiment de l’argent de la drogue. Dans son essai, revu et augmenté, le magistrat belge Michel Claise fait le constat d’un véritable fléau pour nos démocraties.