La concertation est lancée sur l’A31 bis

14 Novembre 2018 Par Paperjam.lu
Des Florangeois opposés au projet d’A31 bis étaient notamment présents dans la salle ce mardi. Une opération escargot avait été organisée fin septembre.
Des Florangeois opposés au projet de l’A31 bis étaient notamment présents dans la salle ce mardi. Une opération escargot avait été organisée fin septembre.
(Photo: Napa31nm/Facebook)

Plusieurs centaines de personnes étaient réunies ce mardi soir au Centre de congrès de Metz pour lancer la concertation sur l’A31 bis, un des sujets majeurs de la mobilité des frontaliers dans la Grande Région.

Dans les cartons depuis plus de 20 ans, l’A31 bis est désormais au cœur d’une concertation publique, lancée ce mardi soir au Centre de congrès de Metz. Plusieurs centaines de personnes ont répondu présentes, et notamment des élus comme Jean-Luc Marx, préfet de la région Grand Est, ou Dominique Gros, maire de la capitale messine.

L’idée est de recueillir des avis d’ici le mois de février afin de fixer le projet qui sera ensuite soumis à l’enquête publique. Et alors que le nombre de frontaliers français a franchi il y a quelques semaines la barre des 100.000 personnes, le tracé n’est pas encore défini.

«Discuter avec le Luxembourg»

Comme le rapporte Le Républicain Lorrain, «trois secteurs géographiques du sillon mosellan – nord, centre et sud – vont concentrer les quatre mois de discussion. Soit sept variantes possibles: quatre concernent la création d’une liaison (concédée) entre Richemont et l’A31 au nord de Thionville. Au sud, trois autres portent, au choix, sur une liaison autoroutière Toul-Dieulouard, un aménagement de la RD611 en 2x2 voies, ou l’aménagement sur place de l’A31.»

Dans la salle, ce mardi soir, plusieurs dizaines de Florangeois avaient notamment fait le déplacement, directement concernés par le futur tracé. «Alors que la pollution atteint un seuil critique, on va dépenser de l’argent pour permettre aux travailleurs frontaliers de se déplacer à bord de leur seule voiture. Il faut des parkings de covoiturage», a ainsi affirmé Nadine Menzin, présidente de l’association Paix à Florange, dans les colonnes du quotidien régional. Une opération escargot avait notamment été organisée fin septembre.

Comme souvent, la question de la part prise par le Grand-Duché dans ces infrastructures de l’autre côté de la frontière a également été évoquée. Dominique Gros expliquant que: «La route de la soie arrive à Bettembourg. Il y a lieu de vraiment discuter avec le Luxembourg. On ne peut pas gérer cette question sans savoir comment on partage ce développement.»

La rédaction a choisi pour vous

«Le temps de travail atypique et le co-voiturage, permettraient également, entre autres solutions, de fluidifier les flux», explique Pierre Cuny.

27 Septembre 2018

Les services de l’État l’ont réaffirmé vendredi, l’A31 bis sera construite via une concession sur la portion Thionville-Luxembourg. Pierre Cuny, maire de Thionville (Divers droite) et président de la communauté d’agglomération Portes de France-Thionville, estime qu’un effort devra être fait pour les frontaliers qui emprunteront ce péage quotidiennement.

A31 bis

24 Septembre 2018

Le Républicain Lorrain rapporte que le projet d’élargissement de l’autoroute A31 sera réalisé dans le cadre d’une concession privée, avec la mise en place d’un péage.

Péage sur autoroute A31

22 Octobre 2018

La ministre française des Transports, Élisabeth Borne, était de passage vendredi à Metz. Interrogée par nos confrères du Républicain Lorrain, elle confirme la piste du péage sur l’autoroute A31 qu’empruntent chaque jour les frontaliers français.