La blockchain devient réalité dans les fonds

06 Juillet 2017 Par Paperjam.lu
Blockchain transaction
«Nous avons non seulement reproduit les opérations dans la blockchain, mais aussi déplacé des sommes réelles et investi dans un fonds réel», indique dans un communiqué Saïd Fihri, de KPMG Luxembourg, qui a été impliqué dans le projet.
(Photo: Licence C.C.)

La toute première transaction d’actifs via une blockchain a été réalisée mercredi par Natixis Asset Management. Cette nouvelle technologie, fruit d’une collaboration entre plusieurs acteurs de la Place, devrait profondément impacter le secteur des fonds.

C’est une date qui restera certainement dans l’histoire de l’industrie luxembourgeoise des fonds d’investissement. En réussissant à enregistrer une transaction avec des investisseurs via la plateforme FundsDLT, qui s’appuie sur la blockchain, Natixis Asset Management fait en effet figure de pionnière.

Cette opération d’un nouveau genre ouvre la voie à une utilisation systématique de cette technologie, popularisée par la crypto-monnaie bitcoin, qui offre un très grand potentiel à l’ensemble du secteur de la finance.

En effet, la blockchain permet non seulement d’accélérer le processus de transfert d’argent et d’en réduire les coûts, mais aussi d’enregistrer les transactions, et donc la propriété des parts souscrites par l’investisseur, de manière sécurisée.

Nous nous rapprochons d’un produit industriel utilisable dans différentes configurations.

Saïd Fihri, KPMG Luxembourg

C’est la collaboration de plusieurs acteurs de la Place, à la fois des secteurs financier et technologique, qui a permis cette première. Fundsquare (filiale de la Bourse de Luxembourg), InTech (filiale du groupe Post) et KPMG Luxembourg travaillent en effet depuis plusieurs mois sur la création de la plateforme FundsDLT.

«Nous avons non seulement reproduit les opérations dans la blockchain, mais aussi déplacé des sommes réelles et investi dans un fonds réel», indique dans un communiqué Saïd Fihri, de KPMG Luxembourg, qui a été impliqué dans le projet. «Nous nous rapprochons d’un produit industriel utilisable dans différentes configurations: distributeurs, conseillers financiers indépendants, robo-advisors et direct-to-consumer.»

Un nouveau modèle d’infrastructure

Plus qu’une plateforme, FundsDLT est un écosystème pour les fonds, avaient expliqué les sociétés impliquées dans ce projet lors de sa présentation, en décembre. Celui-ci permet aux gestionnaires d’actifs d’avoir accès à un nouveau canal de distribution.

«Nous sommes impatients de voir jusqu’où il sera possible d’aller en termes de performance et d’interopérabilité en temps réel», précise Fabrice Croiseaux, directeur général d’InTech.

Car le potentiel de FundsDLT est loin d’avoir été atteint. Cette première transaction réelle jette les bases d’un nouveau modèle d’infrastructure pour toute l’industrie de la distribution de parts d’organismes de placement collectif (OPC). D’ailleurs, l’équipe de FundsDLT annonce déjà qu’elle «va maintenant étudier d’autres utilisations et d’autres possibilités d’applications dans le domaine du B2B et du B2B2C.»

La rédaction a choisi pour vous

Face à une concurrence de plus en plus accrue entre les pays, voire les villes, les sommes qui peuvent être débloquées par le Digital Tech Fund sont trop faibles pour attirer des start-up étrangères à fort potentiel, estiment les dirigeants d’Expon Capital.

19 Septembre 2018

Deux ans après son lancement, le fonds d’amorçage public-privé affiche quatre jeunes pousses à son tableau de chasse. Mais il faudra augmenter son enveloppe pour espérer attirer au Luxembourg des start-up de plus grande envergure, prévient Expon Capital, la société de capital-risque en charge de sa gestion.

Denise Voss

17 Septembre 2018

L’Alfi a fait part de ses préoccupations concernant l’industrie des fonds d’investissement aux futurs dirigeants. Elle aimerait notamment une réforme de la taxe d’abonnement qui assure un milliard d’euros de rentrées à l’État.

11 Septembre 2018

La société Kneip a un nouveau CEO. Neil Ward prend la place de Lee Godfrey, qui est désormais en charge de l’implémentation de la stratégie digitale dans la société en tant que chief corporate development officer (CCDO).