Jemmic revient au bercail

03 Juillet 2018 Par Jonas Mercier
Créée au Luxembourg en 2009 par Jean-Pierre Schmit, lui-même Luxembourgeois, l’entreprise s’est concentrée dès ses débuts sur le marché helvète.
(Photo: paperJam / Archives)

Après s’être concentrée pendant près de 10 ans sur le marché suisse, la fintech Jemmic s’attaque aujourd’hui à la Place. Une étape naturelle pour cette start-up… luxembourgeoise!

Qui a entendu parler de Jemmic au Luxembourg? Pas grand monde sans doute. Pourtant, la fintech soufflera bientôt ses 10 bougies et elle est un acteur de référence sur le marché… suisse. Créée au Luxembourg en 2009 par Jean-Pierre Schmit, lui-même Luxembourgeois, l’entreprise s’est concentrée dès ses débuts sur le marché helvète. À l’instar de Luxtrust, son cœur de métier est l’authentification. Plus d’une trentaine de petites et moyennes banques suisses utilisent son système U-Safe, soit près d’un million de clients. Mais Jemmic développe également des portails et des applications sur mesure pour des grands noms du secteur financier, comme BNP Paribas ou ING.

Bref, Jemmic a tout d’une grande. «Maintenant, nous voulons devenir prophètes en notre pays, lâche Jean-Pierre Schmit. Nous sommes en train d’adapter notre offre au Luxembourg.» La fintech ne souhaite pas attaquer directement Luxtrust.

Elle entend même proposer la solution d’authentification de son concurrent parmi d’autres à ses futurs clients. «Nous voulons nous concentrer sur les projets de digitalisation dans leur ensemble et pas seulement sur notre outil d’authentification, précise le fondateur et CEO de l’entreprise. Si nous arrivons à respecter nos délais et rentrer dans les coûts définis au départ, nous nous démarquerons d’emblée de 80% des acteurs du marché. Je pense donc que nous avons un beau potentiel au Luxembourg.»

Un ancien bistrot comme QG

Le lien entre Jemmic et la Suisse ne tient qu’à Jean-Pierre Schmit. Le jeune dirigeant a travaillé 10 ans dans la confédération pour l’une des premières fintech helvétiques, Unicible. En 2007, la société est rachetée par IBM. La transition se passe mal pour le Luxembourgeois, qui décide de devenir entrepreneur. Ironie du sort, il rachète quelques années plus tard à son ancien employeur la solution d’authentification qu’il a lui-même développée chez Unicible.

Ce sera la première grande étape de croissance de Jemmic, qui passe à l’époque de quatre à huit employés. Aujourd’hui, le marché luxembourgeois constitue un nouveau challenge. Depuis début février, ses 15 collaborateurs ont déménagé dans de nouveaux locaux. C’est un ancien bistrot du centre d’Itzig, devenu entre-temps un restaurant chinois, qui est son nouveau quartier général.

La rédaction a choisi pour vous

29 Juin 2018

Le 18 juin, les nouveaux bureaux de Jemmic ont été inaugurés en présence de Monsieur le Premier ministre Xavier Bettel. La fintech compte plus de 30 banques et a maintenant l’espace nécessaire pour se développer encore davantage! (Photos: Blink Blink Studio)

Revolut vise à convaincre 100 millions de clients dans les cinq ans à venir – elle en revendique 2 millions à l’heure actuelle.

24 Septembre 2018

Pour garder un pied dans le marché communautaire après le Brexit, la néobanque a entamé des négociations avec le régulateur luxembourgeois pour l’obtention d’une licence de paiement électronique, selon le Financial Times. La CSSF n’a toutefois pas confirmé.

Jeremy Antkowiak, CEO d’Algoreg

14 Septembre 2018

La plate-forme d’échange de monnaies virtuelles Huobi a acquis une participation minoritaire dans le capital de la regtech luxembourgeoise Algoreg et siègera désormais à son conseil d’administration.