IoT, quelles perspectives pour les PME?

11 Janvier 2019 Par Paperjam.lu
internet des objets
Les capteurs de l’IoT sont susceptibles de délivrer des informations en temps réel.
(Photo: AdobeStock/Egor)

Sous l’effet de la digitalisation, tout s’est accéléré. Il est plus que jamais impératif de réagir sans délai aux incidents et de répondre dans l’instant aux problèmes et interrogations des clients. La solution passe probablement par l’IoT (Internet of Things) et ses capteurs connectés susceptibles de délivrer des informations en temps réel.

La transition numérique modifie la façon de s’informer, de consommer. Elle impacte la vie de chacun, mais aussi les entreprises, de la production au service client. L’industrie a adopté depuis plusieurs années les outils de l’IoT (Internet of Things). Une kyrielle de capteurs disséminés dans les usines surveillent ainsi en temps réel les chaînes de production. Les informations collectées permettent d’anticiper les pannes des machines et d’identifier d’éventuelles anomalies dans la chaîne de production. Ces données sont notamment utilisées à des fins de maintenance prédictive.

L’IoT peut être associé à l’intelligence artificielle. Grâce aux technologies d’apprentissage automatique (également appelées machine learning), les algorithmes apprennent à reconnaître les nouveaux événements et défaillances lorsqu’ils surviennent. Mieux encore, les technologies de streaming analytics (analyse en continu) scrutent les données en continu et interviennent pour limiter les risques dès qu’un modèle menant à un incident est identifié. De quoi, pour l’entreprise, garder un temps d’avance sur les aléas de production.

La logistique adepte de l’IoT

Le développement de l’e-commerce et la mondialisation des échanges ont rendu les entreprises du secteur logistique indispensables. Celles-ci doivent être en mesure d’informer l’ensemble de la chaîne de valeur du cheminement des marchandises, et ce en temps réel.

Là encore, des solutions performantes émergent du côté des acteurs de l’IoT avec des capteurs qui assurent un suivi à la seconde des colis, mais aussi des services complémentaires tels que le monitoring de la température, une donnée indispensable dans le secteur agroalimentaire ou pharmaceutique où la traçabilité de la chaîne du froid est une obligation réglementaire et souvent une question de santé publique.

Avec l’IoT, il devient possible de s’assurer que les règles ont été respectées de bout en bout par les différents intervenants (production, transformation, conditionnement, transport des produits). Pour assurer l’accès aux sondes de température et faire remonter les informations vers des concentrateurs, véhicules ou entrepôts, l’IoT utilise des solutions basées sur des liaisons radio ou plus efficaces, des réseaux sans fil spécialisés comme Lora et Sigfox.

Gestion de l’énergie et des accès aux locaux

Les perspectives dessinées par l’IoT sont sans limites. La plupart des applications – sécurisation des locaux, gestion des accès, optimisation de la consommation énergétique par le pilotage à distance du chauffage ou de l’éclairage – concernent toutes les entreprises, quelle que soit leur taille. Les PME sont concernées au premier chef, les solutions IoT s’avérant souvent bon marché, simples à déployer et évolutives.

Le cabinet d’études IDC estime qu’en 2019 les dépenses mondiales en matériels, logiciels, solutions de connectivité et services dédiés à l’internet des objets (IoT) devraient atteindre 745 milliards de dollars. Un chiffre en hausse de 15,4% par rapport à 2018. L’essentiel de la dépense devrait, toujours selon IDC, émaner des entreprises et des administrations.

La rédaction a choisi pour vous

Carmen Michels: «Les réseaux sociaux essaient de lutter efficacement, mais ils ont besoin d’un cadre précis pour justifier la suppression d’une information.»

18 Janvier 2019

La plate-forme Bee Secure est une initiative du gouvernement luxembourgeois à destination du grand public qui alerte et forme les citoyens sur les dangers d’internet. Paperjam s’est entretenu avec Carmen Michels, en charge de la communication du site au Service national de la jeunesse, dans l’unité «Formations et soutien aux projets pédagogiques».

La désinformation a toujours existé, toutefois, l’avènement des réseaux sociaux et de l’hyperconnexion a amplifié le phénomène.

18 Janvier 2019

Politique, économie, people, les campagnes de désinformation se multiplient sur la toile. Une menace bien réelle pour les démocraties. En première ligne de ce processus de désinformation, les citoyens sont souvent victimes des fake news autant que complices de leur propagation.