IoT: les PME auraient-elles tout à gagner?

03 Décembre 2018 Par Post Luxembourg
Crédit photo: POST Luxembourg

Grâce à la réduction du coût des capteurs et des plates-formes logicielles, les PME sont aujourd’hui plus que jamais en mesure d’accéder à la technologie IoT. Qu’il s’agisse de générer des données capables d’augmenter l’expérience client, de réduire les coûts d’exploitation ou d’améliorer l’efficacité organisationnelle, le retour sur investissement est au rendez-vous. Pourtant, les PME hésitent encore à se lancer.

Allumer le chauffage central à l’aide d’un smartphone, consigner son activité physique grâce à une montre connectée, l’IoT a déjà fait une percée réussie dans nos vies. Avec un potentiel démultiplié par la 5G, il faut s’attendre à 200 milliards d’objets connectés sur la planète d’ici à 2020, selon Intel.

L’IoT aurait d’ailleurs capté l’attention des dirigeants de PME, qui sont 87% à reconnaître son potentiel, d’après une étude Accenture de 2015. Mais 7% seulement se disent prêts à passer à l’action. Une contradiction qui souligne que beaucoup de dirigeants de PME se trouvent aussi désemparés que séduits.

Pourtant, contrairement aux start-up, les PME ont déjà un marché et peuvent facilement faire des économies grâce à la gestion automatisée des stocks, la maintenance prédictive ou encore l’optimisation des process de production.

 

Orchestrer la récolte et le traitement des données

Pour se mettre le pied à l’étrier, les PME ont besoin d’un partenaire à qui confier l’orchestration du projet. Capture, transmission, sécurisation, stockage et analyse des données… Rares sont les petites entreprises capables de mettre au point leurs propres solutions. Ce type de projet se révèle complexe et nécessite des connaissances spécifiques que ne peuvent pas maîtriser entièrement les responsables IT.

  

Lire la suite de l’article

  

Retrouvez l’intégralité de ICT Experts Luxembourg

La rédaction a choisi pour vous

20 Février 2019

Google pourrait annoncer un investissement dans un second data center en Belgique, en Région wallonne. Après Mons, ce serait la région de Charleroi qui serait visée. Réponse en juillet?