Investissements et recettes en hausse

16 Mai 2018 Par Paperjam.lu
(Photo : Sébastien Goossens / archives)

Le ministre des Finances, Pierre Gramegna (DP), a présenté ce mardi la situation budgétaire de l’État pour le premier trimestre 2018. Les dépenses sont en hausse de 8,5%, augmentation due «à des dépenses d’investissement élevées.»

Pierre Gramegna a présenté ce mardi 15 mai en commission la situation budgétaire de l’État pour ce premier trimestre 2018. Il en ressort que le déficit s’établit à 174 millions d’euros, «ce qui correspond à un niveau qui se situe dans la fourchette des soldes observés au courant du premier trimestre des exercices budgétaires 2014 à 2017», selon le communiqué officiel du ministère des Finances.

Les dépenses ont augmenté de 8,5%, et s’élèvent à 4.498,6 millions d’euros. Toujours selon le communiqué du ministère des Finances, cette évolution «s’explique par les dépenses d’investissement élevées, qui ont augmenté de 11,7% en comparaison avec le premier trimestre 2017, dans l’intérêt d’une croissance durable et qualitative».

Un solde du budget plus favorable

Les recettes ont elles aussi progressé, de 6,4% par rapport au premier trimestre 2017, pour s’établir à 4.324,6 millions d’euros. Les recettes sont supérieures aux dépenses, puisqu’elles atteignent 25,4% du budget (contre 24,3% pour les dépenses).

Conséquence directe, le solde du budget d’État, qui est toujours négatif, s’établit au 31 mars 2018 à -82,4 millions d’euros contre -87,9 millions d’euros à la même période en 2017. Pierre Gramegna se félicite donc puisque «les résultats du premier trimestre sont encourageants et laissent anticiper un déficit nettement inférieur à celui prévu dans le budget voté».

La rédaction a choisi pour vous

Pierre Gramegna

05 Février 2018

Le ministre des Finances, Pierre Gramegna (DP), se réjouissait vendredi d’un excellent résultat au niveau des finances publiques. Malgré une marge supplémentaire, le gouvernement n’envisage pas – a priori – de l’utiliser.

Carlo Thelen

09 Février 2018

Le 2 février 2018, soit quelques semaines à peine après l’entérinement par la Chambre des députés du budget 2018 (le 22 décembre 2017), le ministre des Finances a présenté une actualisation de la situation des finances publiques. Cette présentation, dont je tiens à saluer le principe car elle est gage de transparence, n’est pas passée inaperçue.