Invesco US transfère 6,2 milliards au Luxembourg

20 Août 2018 Par Jean-Michel Lalieu
Dublin
Les investisseurs anglo-saxons préféraient Dublin pour les facilités linguistiques. Une tendance qui change depuis que la crise a atteint l’Irlande.
(Photo: Licence C. C.)

Le gestionnaire de fonds américain Invesco US transfère 6,2 milliards d’euros d’actifs sous gestion de l’Irlande au Luxembourg afin de rationaliser sa structure.

Le gestionnaire américain de fonds d’investissement Invesco US vient de décider de rationaliser son offre et de regrouper ses fonds établis en Irlande et au Luxembourg dans la seconde entité.

Selon Ignites Europe, il s’apprête donc à transférer 6,2 milliards d’euros placés dans des fonds Ucits irlandais dans sa structure luxembourgeoise.

Le gestionnaire précise qu’il a opté pour le Grand-Duché vu le volume plus important d’actifs déjà gérés au sein de sa sicav luxembourgeoise (85 milliards de dollars dans 75 sous-fonds). Il estime aussi que cette approche de domicile unique devrait augmenter l’efficacité pour les investisseurs et rendre la structure plus facile à comprendre.

Le groupe ne quitte pas totalement l’Irlande. Il y maintiendra la gestion de certains types de fonds spécifiques. Mais pour Ignites, cet important transfert d’actifs vers Luxembourg marque une étape pour les investisseurs anglo-saxons, qui ont toujours préféré travailler à partir de l’Irlande pour éviter la barrière de la langue.

La rédaction a choisi pour vous

Face à une concurrence de plus en plus accrue entre les pays, voire les villes, les sommes qui peuvent être débloquées par le Digital Tech Fund sont trop faibles pour attirer des start-up étrangères à fort potentiel, estiment les dirigeants d’Expon Capital.

19 Septembre 2018

Deux ans après son lancement, le fonds d’amorçage public-privé affiche quatre jeunes pousses à son tableau de chasse. Mais il faudra augmenter son enveloppe pour espérer attirer au Luxembourg des start-up de plus grande envergure, prévient Expon Capital, la société de capital-risque en charge de sa gestion.

Denise Voss

17 Septembre 2018

L’Alfi a fait part de ses préoccupations concernant l’industrie des fonds d’investissement aux futurs dirigeants. Elle aimerait notamment une réforme de la taxe d’abonnement qui assure un milliard d’euros de rentrées à l’État.