Gramegna s’explique dans les affaires Fiat et Engie

11 Juillet 2018 Par Jonas Mercier
L’argumentaire développé par le Grand-Duché dans ces deux affaires était connu, mais Pierre Gramegna a jugé bon de le justifier devant les députés.
L’argumentaire développé par le Grand-Duché dans ces deux affaires était connu, mais Pierre Gramegna a jugé bon de le justifier devant les députés.
(Photo: Edouard Olszewski / Archives)

Le ministre des Finances a détaillé, mardi, devant les députés de la commission des finances, l’argumentaire développé par le gouvernement devant la Cour de justice de l’Union européenne pour justifier sa position dans ces deux affaires.

Alors que les plaidoiries ont commencé en juin devant la Cour de justice de l’UE dans l’affaire des rescrits fiscaux accordés par le gouvernement luxembourgeois à Fiat, le ministre des Finances, Pierre Gramegna, est venu expliquer la position de l’exécutif devant les députés de la commission des finances.

L’argumentaire développé par le Grand-Duché, qui a fait appel dans cette affaire, était globalement connu. Pour le gouvernement, il s’agit en effet de démontrer que l’obligation de recouvrement fiscal de 20 à 30 millions d’euros auprès de Fiat Finance & Trade, la banque interne du constructeur Fiat Chrysler Automobiles, n’est pas justifiée, car «cette somme est censée correspondre aux recettes fiscales dues si le «ruling fiscal» n’avait pas été mis en place», précise un communiqué de la Chambre à ce sujet.

Une décision contestable

Dans l’affaire Engie, qui n’a pas encore été portée devant la Cour de justice de l’Union européenne, la Commission a indiqué le mois dernier au Luxembourg qu’elle souhaitait l’obliger à récupérer quelque 120 millions d’euros en tant qu’impôts dus sur une période d’une dizaine d’années.

Là aussi, Pierre Gramegna a expliqué aux députés que son gouvernement considérait cette décision comme contestable, «notamment parce qu’elle nuirait à la réputation du Luxembourg en mettant en doute la légalité du dispositif fiscal accordé à la société».

La rédaction a choisi pour vous

Guy Arendt espère attirer des acteurs du secteur privé pour louer les espaces du centre de conférence du château de Bourglinster.

06:00

Un nouveau centre de conférence va ouvrir ses portes au deuxième étage du château de Bourglinster, après 1,5 million d’euros de rénovation. Une bonne occasion pour le ministère de la Culture d’exploiter au mieux son patrimoine. Guy Arendt, secrétaire d’État à la Culture, explique les raisons de cet investissement.

55% des retards enregistrés depuis le début de l’année sont directement liés à la surcharge du réseau.

18 Juillet 2018

Face à l’augmentation continue du nombre de passagers, les CFL prévoient d’investir massivement dans les dix ans à venir. L’objectif est de renforcer la robustesse du réseau et réduire les goulots d’étranglement autour de la capitale et dans le sud du pays.