Gramegna s’explique dans les affaires Fiat et Engie

11 Juillet 2018 Par Jonas Mercier
L’argumentaire développé par le Grand-Duché dans ces deux affaires était connu, mais Pierre Gramegna a jugé bon de le justifier devant les députés.
L’argumentaire développé par le Grand-Duché dans ces deux affaires était connu, mais Pierre Gramegna a jugé bon de le justifier devant les députés.
(Photo: Edouard Olszewski / Archives)

Le ministre des Finances a détaillé, mardi, devant les députés de la commission des finances, l’argumentaire développé par le gouvernement devant la Cour de justice de l’Union européenne pour justifier sa position dans ces deux affaires.

Alors que les plaidoiries ont commencé en juin devant la Cour de justice de l’UE dans l’affaire des rescrits fiscaux accordés par le gouvernement luxembourgeois à Fiat, le ministre des Finances, Pierre Gramegna, est venu expliquer la position de l’exécutif devant les députés de la commission des finances.

L’argumentaire développé par le Grand-Duché, qui a fait appel dans cette affaire, était globalement connu. Pour le gouvernement, il s’agit en effet de démontrer que l’obligation de recouvrement fiscal de 20 à 30 millions d’euros auprès de Fiat Finance & Trade, la banque interne du constructeur Fiat Chrysler Automobiles, n’est pas justifiée, car «cette somme est censée correspondre aux recettes fiscales dues si le «ruling fiscal» n’avait pas été mis en place», précise un communiqué de la Chambre à ce sujet.

Une décision contestable

Dans l’affaire Engie, qui n’a pas encore été portée devant la Cour de justice de l’Union européenne, la Commission a indiqué le mois dernier au Luxembourg qu’elle souhaitait l’obliger à récupérer quelque 120 millions d’euros en tant qu’impôts dus sur une période d’une dizaine d’années.

Là aussi, Pierre Gramegna a expliqué aux députés que son gouvernement considérait cette décision comme contestable, «notamment parce qu’elle nuirait à la réputation du Luxembourg en mettant en doute la légalité du dispositif fiscal accordé à la société».

La rédaction a choisi pour vous

Selon le budget de l’assurance maladie-maternité voté jeudi, l’année 2019 s’annonce plus compliquée pour les comptes de la CNS que les années précédentes.

14:16

Si jusqu’à présent les comptes de la Caisse nationale de santé présentaient «des excédents importants», la donne s’annonce différente dès l’an prochain, selon les prévisions votées jeudi. Le solde positif devrait s’élever à 9,6 millions en 2019, contre 78,1 en 2018.

Étienne Schneider, ministre de l'Économie

14 Novembre 2018

L’actuel ministre de l’Économie a fait savoir mercredi matin, à l’entrée de la réunion plénière des négociations de coalition, qu’il souhaitait rester vice-Premier ministre dans le prochain gouvernement et qu’une place de commissaire européen ne l’intéressait pas.