Gramegna s’explique dans les affaires Fiat et Engie

11 Juillet 2018 Par Jonas Mercier
L’argumentaire développé par le Grand-Duché dans ces deux affaires était connu, mais Pierre Gramegna a jugé bon de le justifier devant les députés.
L’argumentaire développé par le Grand-Duché dans ces deux affaires était connu, mais Pierre Gramegna a jugé bon de le justifier devant les députés.
(Photo: Edouard Olszewski / Archives)

Le ministre des Finances a détaillé, mardi, devant les députés de la commission des finances, l’argumentaire développé par le gouvernement devant la Cour de justice de l’Union européenne pour justifier sa position dans ces deux affaires.

Alors que les plaidoiries ont commencé en juin devant la Cour de justice de l’UE dans l’affaire des rescrits fiscaux accordés par le gouvernement luxembourgeois à Fiat, le ministre des Finances, Pierre Gramegna, est venu expliquer la position de l’exécutif devant les députés de la commission des finances.

L’argumentaire développé par le Grand-Duché, qui a fait appel dans cette affaire, était globalement connu. Pour le gouvernement, il s’agit en effet de démontrer que l’obligation de recouvrement fiscal de 20 à 30 millions d’euros auprès de Fiat Finance & Trade, la banque interne du constructeur Fiat Chrysler Automobiles, n’est pas justifiée, car «cette somme est censée correspondre aux recettes fiscales dues si le «ruling fiscal» n’avait pas été mis en place», précise un communiqué de la Chambre à ce sujet.

Une décision contestable

Dans l’affaire Engie, qui n’a pas encore été portée devant la Cour de justice de l’Union européenne, la Commission a indiqué le mois dernier au Luxembourg qu’elle souhaitait l’obliger à récupérer quelque 120 millions d’euros en tant qu’impôts dus sur une période d’une dizaine d’années.

Là aussi, Pierre Gramegna a expliqué aux députés que son gouvernement considérait cette décision comme contestable, «notamment parce qu’elle nuirait à la réputation du Luxembourg en mettant en doute la légalité du dispositif fiscal accordé à la société».

La rédaction a choisi pour vous

Les pronostics sont ouverts à l’approche du scrutin du 14 octobre.

10:20

2013-2018. Pour la première fois de son histoire, le Luxembourg a vécu sous un gouvernement tripartite. Cinq ans plus tard, place au bilan et, surtout, aux promesses. À leur arrivée au pouvoir, DP, LSAP et Déi Gréng avaient martelé leur volonté originelle «d’ouvrir grand les fenêtres» d’un sérail dominé par un parti, le CSV, et sa figure tutélaire nommée Juncker.

Réforme de la TVA en Europe

08:00

Le manque à gagner des pays membres de l’UE sur leur perception de TVA s’élève à 150 milliards d’euros, selon la Commission européenne. Le Luxembourg figure néanmoins en tête du classement des pays affichant l’écart le plus faible.

Pour François Bausch, l’économie et la finance doivent désormais rimer avec «éthique».

06:00

Fort d’une première expérience gouvernementale de Déi Gréng jugée positive, François Bausch, co-tête de liste écologiste dans le Centre, entend poursuivre les chantiers entrepris avec la volonté de faire des enjeux environnementaux une priorité quotidienne. Et de plaider pour une réflexion autour d’une croissance raisonnée, basée sur «d’autres modèles». Retrouvez la première partie de cette grande interview ici.