Gramegna s’explique dans les affaires Fiat et Engie

11 Juillet 2018 Par Jonas Mercier
L’argumentaire développé par le Grand-Duché dans ces deux affaires était connu, mais Pierre Gramegna a jugé bon de le justifier devant les députés.
L’argumentaire développé par le Grand-Duché dans ces deux affaires était connu, mais Pierre Gramegna a jugé bon de le justifier devant les députés.
(Photo: Edouard Olszewski / Archives)

Le ministre des Finances a détaillé, mardi, devant les députés de la commission des finances, l’argumentaire développé par le gouvernement devant la Cour de justice de l’Union européenne pour justifier sa position dans ces deux affaires.

Alors que les plaidoiries ont commencé en juin devant la Cour de justice de l’UE dans l’affaire des rescrits fiscaux accordés par le gouvernement luxembourgeois à Fiat, le ministre des Finances, Pierre Gramegna, est venu expliquer la position de l’exécutif devant les députés de la commission des finances.

L’argumentaire développé par le Grand-Duché, qui a fait appel dans cette affaire, était globalement connu. Pour le gouvernement, il s’agit en effet de démontrer que l’obligation de recouvrement fiscal de 20 à 30 millions d’euros auprès de Fiat Finance & Trade, la banque interne du constructeur Fiat Chrysler Automobiles, n’est pas justifiée, car «cette somme est censée correspondre aux recettes fiscales dues si le «ruling fiscal» n’avait pas été mis en place», précise un communiqué de la Chambre à ce sujet.

Une décision contestable

Dans l’affaire Engie, qui n’a pas encore été portée devant la Cour de justice de l’Union européenne, la Commission a indiqué le mois dernier au Luxembourg qu’elle souhaitait l’obliger à récupérer quelque 120 millions d’euros en tant qu’impôts dus sur une période d’une dizaine d’années.

Là aussi, Pierre Gramegna a expliqué aux députés que son gouvernement considérait cette décision comme contestable, «notamment parce qu’elle nuirait à la réputation du Luxembourg en mettant en doute la légalité du dispositif fiscal accordé à la société».

La rédaction a choisi pour vous

20 Février 2019

Entre le candidat élu à la tête du CSV, Frank Engel, et celui qui a été son adversaire malheureux, Serge Wilmes, la hache de guerre est déterrée. Moins d’un mois après le congrès national de Moutfort, le second nommé a décidé de repartir à l’offensive.

Tilly Metz (ici à gauche) a été arrêtée sur la base militaire de Kleine-Brogel en Belgique ce mercredi matin avec les eurodéputées Michèle Rivasi et Molly Scott Cato.

20 Février 2019

L’élu Déi Gréng était sur la base militaire de Kleine-Brogel en Belgique ce mercredi matin avec les eurodéputées anglaise et française Molly Scott Cato et Michèle Rivasi afin de mener une action pour demander le retrait des bombes nucléaires américaines du sol européen. Tilly Metz est actuellement en garde à vue.

20 Février 2019

Des travaux importants sont actuellement en cours en gare d’Arlon. Ils s’inscrivent dans l’ambition de réduire le temps de parcours entre Bruxelles et Luxembourg de 3h07 à 2h05. Revers de la médaille: les travaux du P+R de Viville ne verront sans doute pas le jour avant 2026.