Frank Krings redynamise Deutsche Bank Luxembourg

04 Mai 2017 Par Jean-Michel Lalieu
Frank Krings Deutsche Bank Luxembourg
Frank Krings change le moteur et resserre les boulons chez DB Luxembourg.
(Photo: Maison moderne / archives)

Pour 2016, Deutsche Bank Luxembourg affiche un bénéfice net supérieur au milliard, en hausse de plus de 250%. Son CEO, Frank Krings, en place depuis un an, ne le prend pas à son compte. De son côté, il a entamé la transformation de l’outil informatique et réduit drastiquement le total du bilan.

Arrivé au Grand-Duché en provenance de Bangkok en mars 2016, Frank Krings tire un bilan satisfaisant de sa première année à la tête de Deutsche Bank Luxembourg. Un premier exercice marqué par un bénéfice hors normes. Mais le CEO a déjà prévenu: il sera fatalement moins élevé l’an prochain.

Pour l’année 2016, DB Luxembourg affiche un bénéfice net de 1,067 milliard d’euros pour 289 millions en 2015. «La différence est liée à la vente de notre participation de 9,28% dans la société Hua Xia Bank, cédée après 10 ans pour 741 millions», explique-t-il.

Mais, dans l’ensemble, il note que les activités de crédit aux entreprises et de wealth management ont obtenu des résultats tout à fait corrects.

Nouvelle plateforme informatique

La tâche la plus conséquente depuis son arrivée est le remplacement de la plateforme informatique qui, après 30 ans, a fait son temps. Les travaux ont démarré à l’automne 2016 et devraient se terminer en septembre prochain.

«Il s’agit d’un investissement important de 30 millions d’euros», précise M. Krings. «Notre objectif est de disposer du même système que celui en place en Suisse, à Singapour, au Royaume-Uni et au Moyen-Orient. Notre plateforme assurera les opérations en wealth management pour l’Union européenne mais doit être compatible avec celles des autres centres régionaux.»

Il n’y a aucune fierté à afficher un total de bilan conséquent actuellement.

Frank Krings, CEO Deutsche Bank Luxembourg

Sous sa conduite, la filiale luxembourgeoise procède aussi à une importante réduction de son total de bilan. «Le but est d’éviter un excès de liquidités alors que les taux sont négatifs auprès de la Banque centrale européenne. Il n’y a aucune fierté à afficher un total de bilan conséquent actuellement.»

Fin 2016, le total du bilan de DB Luxembourg n’atteignait plus que 52 milliards contre 80 milliards un an plus tôt (-35%). Et la réduction se poursuit depuis le début 2017 avec l’objectif d’atteindre environ 47 milliards d’euros.

Par contre, au premier trimestre de cette année, la base de capital a été augmentée de 1 milliard d’euros pour atteindre 6 milliards et rendre DB Luxembourg – un établissement systémique au niveau du pays – plus solide.

La rédaction a choisi pour vous

CSSF

05:59

La Commission de surveillance du secteur financier a publié, en fin de semaine dernière, une circulaire en préparation depuis plus d’un an, et régissant dans le détail l’externalisation des services faisant appel aux infrastructures de cloud computing.   

Serge de Cillia

05:47

Au lendemain de sa recommandation aux banques de la Place de ne pas verser la prime de juin cette année, l’organisation patronale sort de son silence pour détailler sa vision de la future convention collective, que les partenaires sociaux veulent «simplifiée et modernisée».