Finarta, la nouvelle prise du Digital Tech Fund

27 Juillet 2018 Par Jonas Mercier
«Nous sommes au service de très gros clients qui ne souhaitent pas qu’on communique», explique le CEO de Finarta, Gauthier de Vanssay.
«Nous sommes au service de très gros clients qui ne souhaitent pas qu’on communique», explique le CEO de Finarta, Gauthier de Vanssay.
(Photo: Licence C. C.)

Le fonds public-privé a choisi d’investir dans une start-up au service des plus grandes galeries d’art internationales. Basée au Luxembourg, Finarta cherche à rester discrète pour s’imposer sur un marché qui n’aime pas faire de bruit.

Nouvelle prise pour le Digital Tech Fund, qui signe son quatrième investissement depuis sa création en avril 2016. Un mois seulement après avoir investi 500.000 euros dans la start-up Wizata, spécialisée dans l’intelligence artificielle au service de l’industrie, le fonds public-privé s’est tourné vers le secteur de l’art pour miser sur Finarta.

Créée il y a deux ans au Luxembourg, la start-up a développé une plate-forme qui met en lien les marchands d’art du monde entier et assure des transactions d’œuvres en toute discrétion.

«Nous avons cherché à fournir un outil moderne au marché de l’art», indique Gauthier de Vanssay, le CEO et fondateur de Finarta, qui préfère ne pas s’étaler sur les spécificités de sa solution. «Nous sommes au service de très gros clients qui ne souhaitent pas qu’on communique.»

Un fin connaisseur du marché

«Il s’agit en fait d’une sorte de club restreint qui réunit les plus grosses galeries d’art au niveau international», précise Alain Rodermann, managing partner chez Expon Capital, la société de capital-risque en charge de la gestion du Digital Tech Fund.

Français d’origine, Gauthier de Vanssay peut se targuer d’être un fin connaisseur de la digitalisation du marché de l’art. En 2007, il a créé la start-up Expertissim, devenue la principale maison de vente aux enchères virtuelle dans l’Hexagone. Elle a été vendue en décembre 2016 au géant de l’art français Drouot.

Des embauches en perspective

Le montant investi par le Digital Tech Fund n’a pas été communiqué, mais il s’agit de la première levée de fonds institutionnelle de Finarta. «Ce qui est intéressant pour nous, c’est qu’il s’agit d’une entreprise qui vise un marché mondial et qui n’a pour l’instant aucun concurrent», fait valoir Alain Rodermann.

Actuellement basée sur l’avenue de la Liberté, l’entreprise devrait s’installer très prochainement dans les locaux du Lux Future Lab. Elle prévoit également d’embaucher trois à quatre personnes d’ici la rentrée.

La rédaction a choisi pour vous

«Nous avons acquis plus de 60.000 utilisateurs en quelques mois sur le marché africain, et nous avons donc besoin d’appliquer correctement un programme KYC conforme rapide et facile», explique Koosmik.

07 Décembre 2018

Koosmik, jeune pousse fintech spécialisée dans les services financiers mobiles et des solutions de porte-monnaie numérique, annonce un partenariat avec une autre start-up luxembourgeoise, Algoreg, pour accélérer son développement en Afrique.

La version Solo Pro en support plastique est déjà disponible à la vente sur le site de Coinplus pour 40 euros.

05 Décembre 2018

La start-up luxembourgeoise Coinplus lance une solution physique pour mettre en sécurité les codes d’accès à un compte en monnaie virtuelle. Elle espère que sa solution convaincra privés et institutionnels à franchir le pas.